Voyage – Étienne Bourque-Viens – "5 leçons d'architecture scandinaves"

Pour ceux et celles qui suivent le site depuis quelques années, « Kollectif World », est-ce que ça vous dit quelque chose? L’idée derrière cette sous-section à l’époque (2006-2007) était d’inviter les lecteurs à partager leurs expériences de voyages en architecture et design à travers le monde…

Bon, honnêtement, Kollectif World (que j’ai gardé en ligne (en vie?) sur le lien suivant) a été plus ou moins un succès et avec le recul, le nom n’est vraiment, vraiment pas vendeur… Cependant, je crois toujours en la pertinence du sujet et vous en trouverez un merveilleux exemple plus bas de la part d’Étienne Bourque-Viens qui est designer graphique mais également un « trippeux » d’architecture.

Avec les vacances qui approchent à grand pas, c’est une excellente lecture et surtout, une super référence! Et si de retour de vacances, vous avez aussi des suggestions à faire à la communauté architecturale, n’hésitez pas à les partager en m’envoyant un texte et des photos à l’adresse info@kollectif.net.

Et ne vous inquiétez pas, elles seront publiées directement sur Kollectif et non sur Kollectif World… 😉

Martin Houle, architecte OAQ
Directeur-fondateur

5 leçons d’architecture scandinaves

J’ai récemment eu la chance de faire un tour à Malmø en Suède ainsi qu’à Copenhague au Danemark. Je suis revenu inspiré par la vigueur du design et de l’architecture, mais surtout de constater à quel point les choses semblent évoluer rapidement au même parallèle, à un océan de distance.

Pour le plaisir de la chose,  j’ai fait ressortir cinq leçons que je tire de ma visite :

1) Mettre l’environnement dans la balance

Dans le quartier Västra Hamnen à Malmø

L’environnement est une préoccupation semble-t-il constante pour les scandinaves. Depuis longtemps ils ont intégré les pistes cyclables, le train et autres transports collectifs dans leur planification urbaine. Ils font des efforts concrets pour sensibiliser la population. J’aime bien d’ailleurs cette sympathique campagne pour encourager l’utilisation du vélo pour aller au travail.

En 2001, Malmø organisait l’événement Bo01 – La ville écologique de demain, avec objectif de matérialiser sa vision de la ville écologique de demain. Västra Hamnen, un ancien secteur industriel pollué, est devenu en peu de temps en un quartier exemplaire au point de vue des standards environnementaux. Du côté du Danemarque, Copenhague accueillait en 2009 le fameux Sommet sur les changements climatiques.

2) Miser sur le long terme

Ferring, Henning Larsen Architects, 2001

Je ne sais pas si c’est une question de culture. On dit qu’en Amérique du nord tout est consommé et remplacé rapidement. Au contraire, dans ces pays d’Europe, on dirait que ce qui se construit est réfléchi, permanent et stable. Et pourtant, on ne sent pas pour autant l’immobilisme. À Copenhague, on entreprend l’avenir à coup de quartiers : Flintholm, Nordhavn, Marmormen, etc. Ørestad en est un flamboyant exemple avec de nombreux édifices construits à l’intérieur de quelques années seulement. Déjà dans ce récent développement, on sent la planification urbaine à grande échelle. Le métro amène déjà la population au cœur de ces nouveaux retranchements.

3) Ne pas lésiner sur la qualité

DR Concert Hall, Ateliers Jean Nouvel, 2009

Là-bas, on dirait qu’il n’y a pratiquement pas de mauvais goût, de projets qui viennent polluer le champ visuel, d’édifices en lambeaux. Ils y arrivent en faisant appel aux talentueux architectes locaux, mais également aux vedettes internationales. À titre d’exemple, récemment en 2009, l’Atelier de Jean Nouvel était appelé à participer au design de nouveaux édifices de la DR (Danish Broadcasting Corporation). Daniel Liebeskind signait aussi l’hôtel où j’étais hébergé : un hôtel pourtant très simple, rien d’extravagant.

Dans cet article de Marie-Claude Lortie, j’étais inspiré par la citation de M. Christiansen:
«Pour nous, l’architecture de qualité n’est pas quelque chose qu’on aime avoir. C’est quelque chose qu’on doit avoir […] Cela fait partie de notre identité. Si on arrête d’investir là-dedans, que nous restera-t-il?».

4) Construire avant tout un milieu de vie

Tietgenkollegiet, Lundgaard & Tranberg Architects, 2006

Selon le magazine Monocle en 2010, Copenhague était la deuxième «most livable city» dans le monde. Ce qui me frappe c’est : la qualité de l’architecture, la sobriété de la présence publicitaire, le sentiment de sécurité, l’accès facile aux transports publics, l’intégration de l’eau dans le paysage urbain, la présence de nombreux espaces verts, les places publiques, les parcs, un café à tous les coins de rue, des artères piétonnières au centre-ville, etc. Là-bas on parle d’embouteillage de bicyclettes. C’est bien pour dire. Le site Web Digital Gallery, conçu dans le cadre de l’exposition «What makes a livable city» pose les questions entourant la qualité de vie dans un contexte urbain.

Un édifice qui à mon avis symbolise bien cette quête pour la qualité de vie, c’est le Complexe des résidences étudiantes Tietgen. Construit en 2005 par Lundgaard & Tranberg, l’édifice peut accueillir 400 étudiants. Selon une forme circulaire inspirée des villages Tulou est-chinois, on sent bien l’effort à créer un esprit communautaire et rassembleur. Les services communs sont au niveau du sol, alors que les habitations sont aux étages. Au centre, un agréable espace vert communautaire. Autour de là, on trouve la présence de bassins d’eau, de pistes cyclables, d’une station de métro.

5) Avoir de l’ambition et prendre des risques

8-Tallet, Bjarke Ingels Group (BIG), 2010

Quand on sait que la population de Copenhague est d’un peu moins de deux millions, on est impressionné par  tout ce foisonnement et cet essor. En 2008, le complexe 8-Tallet conçu par Bjarke Ingels Group gagnait un prix au Festival International d’architecture.

Un édifice colossal de 476 unités résidentielles est ainsi construit au milieu de nulle part, en retrait de la ville. Pourtant, il me semble que par l’audace de ses formes, par son engagement dans les valeurs écologiques et par son parti-pris pour l’habitation à haute densité, ils ont déjà un pied bien ancré dans le futur.

Pour ceux que mon enthousiasme élogieux a convaincu, je vous laisse quelques liens utiles pour planifier vous aussi une visite mémorable. Bon voyage!

Etienne Bourque-Viens

Événements et activités:

Exposition What makes a livable city au Danish Architecture Center jusqu’au 23 octobre 2011
Exposition Challenge Society au Dansk Design Center jusqu’au 19 février 2012
Exposition Living: Frontiers of architecture III-IV au Lousiana Museum of Modern Art jusqu’au 11 octobre 2011
Une visite audioguidée grâce à l’organisme X Copenhagen

Compléments d’information:

Virée d’architecture à Malmø et Copenhague
Architecture: l’expertise scandinave
Danish Architecture Guide
A bicycle tour of Copenhagen’s waterfront architecture
Copenhagen X
Copenhagen Architecture

Ouvrir le plan avec l’emplacement des édifices

Plan GoogleEarth de Copenhague avec de nombreux édifices identifiés

Commentaires

Phil Goodfellow

Etienne,

I am interested in your thematic thoughts because I also came back from Copenhagen with extremely mixed feelings about the city. Overall, Copenhagen is a beautiful, historic city with a public realm that embraces its citizen in the core. Public transit is a key mode for moving people and runs extremely efficiently. But, it was when I went to see the projects at the outer edges, the « Grand Projets », that I was sorrily disappointed with how urban designers and architects have turned their back on the lessons of their city. Orestad is a tremendous lost opportunity — conceived at an « over ambitious » master plan in the past decade. It is now being built out as super blocks with unrelated and bizarre buildings sprinkled across the landscape. Though connected to the city core by a raised subway, it lack a good public realm that creates great neighbourhood. The ground floor of the residential building have very few grade-related units. BIG’s Mountain is pretty much a gussy-ed up parking garage. And there is very little grade-related, community retail spaces to support the residents. I was shocked at how poorly the entire area was conceived and executed — it reminded me of my travels in China a decade ago where architecture was executive influence over common-sense. Nevertheless, Copenhagen is a beautiful place to visit, but there are many lessons to be learnt, both in the core and in the outer new communities.

Marie-Aude Samson

Merci de nous faire découvrir cette partie du monde Étienne. Les contrastes frappants entre le patrimoine bâti exceptionnel de ces villes et les nouvelles constructions forment un paysage architectural des plus éclectique. Une distinction entre ces deux types d’immeubles me frappe particulièrement: la place de l’artisan dans sa conception, dans son design. La question que je me pose est la suivante: quand l’art visuel(dans le sens de l’art plastique) sera-t-il de nouveau incorporé dans la construction d’immeubles? Les architectes, les peintres et les sculpteurs redeviendront-ils un jour des collaborateurs réguliers?
Au plaisir!

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *