Vernissage – pouf! art + architecture – "DOG PARC GALLERY dans Griffintown"

« – COMMUNIQUÉ DE PRESSE –
pouf! art + architecture
dog parc gallery
28 août au 16 septembre 2011
vernissage: 27 août, 15h-18h
où: Parc Gallery
rue Olier/rue Basin/rue du Séminaire
Griffintown
en cas de pluie: 28 août

En association avec Le Corridor culturel de Griffintown et avec le support de l’Université Concordia et 100 Laisses, la plateforme créative Urban Occupations Urbaines (UOU) présente dog parc gallery. dog parc gallery a été conçu par pouf! art + architecture (Cynthia Hammond et Thomas Strickland) qui a collaboré avec les utilisateurs – canins et humains – du Parc Gallery, un parc à chiens fort apprécié au coeur de Griffintown qui est en pleine transformation. Parc Gallery est un oasis de verdure dans ce quartier postindustriel et, en plus de profiter aux chiens des alentours, il est une destination populaire pour les visiteurs des quartiers voisins que sont le centre-ville, le Vieux-Montréal et Pointe-St-Charles. Cet espace vert communautaire existe depuis les années 1940 après que des activistes se soient battus avec succès pour créer un parc pour les enfants de Griffintown. Le tracé du Parc Gallery est resté inchangé depuis plus de 60 ans.

En dépit de sa popularité, de son histoire et de son caractère communautaire remarquable, le Parc Gallery est menacé. Son acre de gazon, parsemé d’arbres et de tables à pique-nique, est situé entre deux projets de développement d’envergure : District Griffintown (Devimco) et Les Bassins du Nouveau Havre (Société immobilière du Canada). Dans les deux cas, aucun des documents d’aménagement ne donne d’indication claire quant à savoir si oui ou non ce site sera développé. Plus inquiétant encore, le Plan d’urbanisme (2011) de la Ville de Montréal n’identifie pas le Parc Gallery comme un « espace vert » ou même un parc public. En l’absence d’une telle reconnaissance, les multiples dimensions du parc en tant que site patrimonial ainsi qu’espace social inter-espèces restent dans l’ombre. Le plus grand obstacle auquel doit faire face le Parc Gallery en cette période de changement critique est le risque d’invisibilité, c’est-à-dire le risque d’être interprété à tort comme un espace vide. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

Pour plus d’information sur le projet dog parc gallery…

Pour visiter le site internet de pouf! art + architecture…

Pour visiter le site internet de Urban Occupations Urbaines…

(Source: Marie-France Daigneault-Bouchard, m.arch., Candidate M.A., Département de l’histoire de l’art, Université Concordia)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *