Séminaire international Phyllis Lambert: "Environnements réactifs : L’architecture, la technologie et les sens" – 27 et 28 mars 2009

« Dans le cadre du Séminaire international Phyllis Lambert:

Environnements réactifs : L’architecture, la technologie et les sens

Colloque conçu et organisé par Alessandra Ponte

Blottis dans des dômes géodésiques, leur esprit chimiquement dilaté, immergés dans une lumière stroboscopique rythmée par des projections, une musique à plein volume et des effluves d’encens, les membres des communautés utopiques des années 1960 tentèrent de s’opposer au projet moderniste – qui prône discipline et refoulement des sens – en revisitant le concept de l’«oeuvre d’art totale»  (Gesamtkunstwerk). L’usage du terme «environnement» se répandit alors, s’appliquant tant aux nouveaux espaces multimédias qu’à des formes d’art engageant la participation du public, dont les fameux happenings organisés dès 1950 par Allan Kaprow qui introduisit alors la notion d’art environnemental.

Évoquant les expériences les plus connues des années 1960, dont celles du groupe EAT – Experiments in Art and Technology – une nouvelle culture (plutôt qu’une nouvelle contre‐culture) est apparue au cours des dix ou quinze dernières années. Elle émerge de l’exploration des technologies numériques, des dispositifs prosthétiques, des ordinateurs corporels, des systèmes dynamiques et réactifs et des médias topologiques. Souvent par des collaborations avec des institutions scientifiques, architectes, designers et artistes se sont appropriés de nouvelles technologies, afin de générer des ambiances médiatrices qui s’adressent à nos nouveaux corps technologiques, les stimulant et les mettant simultanément en question.

Vendredi 27 mars et samedi 28 mars, amphithéâtre 3110, Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal.

Invités : Rafael Lozano-Hemmer (conférencier principal) et Philip Beesley, Oliver Botar, Luc Courchesne, Jean-Louis Déotte, Rodolphe el-Khoury, Marcelyn Gow, Louise Poissant, Nicolas Reeves, Aaron Sprecher, Laurent Stalder, Thomas Soentes, Kora Van den Bulcke. »

Pour plus d’information sur la programmation…

(Source: Agnès Anger, École d’architecture de l’Université de Montréal)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *