École d’architecture | Université Laval

Source :
Ariane Ouellet-Pelletier M. Arch., M. Sc. Arch. | Coordonnatrice d'opérations | Chargée de cours | École d’architecture de l’Université Laval
Photo :
DE GAUCHE À DROITE : Sébastien Bourbonnais, Carole Lanoix et Szende Szentesi-Nejur | Source : ÉAUL
 

Sébastien Bourbonnais, Carole Lanoix et Szende Szentesi-Nejur nouveaux professeurs à l’ÉAUL

Communiqués de presse de la part de l’ÉAUL :

« Nouveau professeur à l’ÉAUL : Sébastien Bourbonnais

Sébastien Bourbonnais est docteur en architecture (2014) de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais en cotutelle avec l’Université Laval, Québec. Il possède un master en philosophie à l’Université Paris 8 et il a participé activement à l’atelier Simondon de l’ENS Paris. Il a enseigné aux ENSA de Grenoble et de Paris-La Villette, ainsi qu’à l’École d’architecture de Paris-Est. Il est chercheur associé à l’EVCAU (ENSA Paris Val de Seine) et au MAP-MAACC (ENSA Paris La Villette). Il a été consultant de recherche pour la compagnie de logiciel Asynth.

Ses recherches portent sur l’observation des pratiques architecturales expérimentales réalisées à partir des technologies numériques. Afin de bien saisir les reconfigurations que ces technologies entraînent sur les pratiques des architectes, Sébastien s’appuie sur différents penseurs de la technique, sur l’histoire des logiciels, leur fonctionnement, ainsi que sur les discussions et débats qui ont émergé chez les architectes intéressés par ces technologies. C’est au travers de cette intrication complexe qu’il aborde les nouveaux milieux de l’architecture.

Il a écrit récemment « La rétroaction dans les processus de conception » (revue NETCOM, 2021) et « Évolution des milieux de la fabrication numérique » (Anti-crise architecturale, 2021). Il a coordonné le numéro de l’encyclopédie des sciences ISTE : Les instruments de la conception architecturale (sortie prévue en 2023), où il a réalisé une étude historique sur les conditions d’apparition des logiciels dédiés à l’architecture. »

Pour consulter le communiqué de presse original…


« Nouvelle professeure à l’ÉAUL : Carole Lanoix

Engagée en septembre 2022, Carole vient d’arriver en poste comme convenu, de manière à faciliter sa transition depuis l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette (ENSAPLV), en France et l’Université de Genève (UNIGE), en Suisse, où elle était chercheuse et enseignante en urbanisme et projet urbain.

Carole détient un doctorat (PhD) en architecture et sciences de la ville de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), réalisé au sein du Laboratoire indisciplinaire Chôros. Elle détient aussi une maîtrise en recherche Territoires, Espaces, Société à l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), à Paris, ainsi qu’une maîtrise et un baccalauréat en architecture de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg (ENSAS).

Sa thèse de doctorat, intitulée « Penser (par) la carte. L’espace public et la marche à Mumbai et à Tokyo », menée dans le cadre du projet de recherche Cosmographies, a conjugué cartographie, géographie et art contemporain pour imaginer d’autres manières de concevoir l’espace urbain en requestionnant entre autres la représentation cartographique canonique.

Dans ses travaux, elle place la carte dans un horizon langagier foisonnant pour la compréhension des sociétés et l’appréciation des spatialités, alors que l’urbanité reste le défi à relever pour repenser le devenir des villes à l’aune des mobilités dites actives ou pédestres. De l’anthropologie urbaine à la géographie culturelle, son approche de l’architecture et des réalités urbaines mêle ethnographie, cartographie et prospective. En tant qu’architecte-urbaniste, impliquée dans des démarches participatives et desétudes urbaines prospectives, elle a travaillé pour des collectivités territoriales françaises, comme le PUCA (Plan Urbanisme Construction et Architecture), et suisses, comme l’Office de l’urbanisme du Canton de Genève.

Ses intérêts de recherche portent notamment sur l’exploration des différentes manières d’habiter le Monde, du logement aux espaces publics, adaptées aux contextes spécifiques et situations singulières, notamment des villes d’ailleurs, et plus particulièrement asiatiques. À ce titre, elle co-encadre depuis plus de 15 ans des workshops internationaux d’architecture sur l’héritage urbain à travers l’ensemble du territoire indien. »

Pour consulter le communiqué de presse original…


« Nouvelle professeure à l’ÉAUL : Szende Szentesi-Nejur

Szende Szentesi-Nejur est une nouvelle professeure en architecture dans le domaine des sciences du bâtiment et matérialité à l’École d’architecture de l’Université Laval. Elle est impliquée dans le milieu universitaire et l’enseignement supérieur de l’architecture depuis plus de douze ans. Elle a créé des programmes d’études et enseigné dans des studios complexes, des séminaires et des cours consacrés à la pratique générale de l’architecture, à la science du bâtiment et à l’optimisation environnementale computationnelle en Europe et en Amérique du Nord. Plus récemment, elle a enseigné et supervisé des ateliers d’architecture de premier et deuxième cycle à l’École d’architecture de l’Université de Montréal en tant que professeure invitée.

Szende est titulaire d’un BA+MA intégré et d’un doctorat en architecture de son université d’origine, l’Université Technique de Cluj-Napoca en Roumanie. Ses recherches doctorales ont porté sur l’espace urbain et l’idéologie dans les quartiers d’habitation expérimentaux d’Europe de l’Est dans la deuxième partie du XXe siècle, décryptés à l’aide d’outils d’analyse tels que la syntaxe spatiale computationnelle pour relier les configurations spatiales aux effets sociaux.

Ses recherches les plus récentes ont porté sur le développement de flux de travail numériques pour les processus d’optimisation axés sur la performance environnementale, un sujet à l’intersection de deux domaines d’intérêt : la construction et la transition écologique et la modélisation et la conception numériques. Elle s’intéresse également aux processus d’optimisation de l’éclairage naturel pour les nouveaux bâtiments scolaires au Québec à l’aide de la modélisation de la lumière du jour basée sur le climat. Szende a développé des flux de travail numériques pour intégrer les simulations de l’éclairage naturel dans les différentes étapes de la conception architecturale afin de conformer les solutions architecturales aux nouvelles normes émergentes dans la province.

Elle a organisé et enseigné des ateliers à l’échelle internationale et a présenté ses travaux lors de conférences prestigieuses comme eCAADe, CAADRIA ou IASS. Outre plusieurs articles de conférence consacrés à un large éventail de questions architecturales, elle a publié un livre et un chapitre de livre consacré à l’enseignement supérieur en architecture.

Enfin, Szende est architecte et urbaniste avec une grande expérience pratique acquise sur deux continents dans des agences réputées. Elle a récemment exercé les fonctions de conceptrice architecturale et de consultante environnementale au sein d’un cabinet d’architecture bien établi à Montréal. »

Pour consulter le communiqué de presse original…


Pour visiter le site internet de l’École d’architecture de l’Université Laval…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération