Institut canadien pour les choix climatiques

Source :
Mélanie Bourcier | Coordonnatrice | Tact Conseil
 

Rapport | Les changements climatiques auront un impact majeur sur les infrastructures au Canada

Communiqué de presse :

« OTTAWA, le 29 septembre 2021. – L’Institut canadien pour des choix climatiques, organisme national non partisan de recherche sur les politiques climatiques, dévoile dans un nouveau rapport que les Canadiens risquent de se retrouver submergés par l’eau et les coûts en raison des effets d’un climat de plus en plus chaud et instable sur les infrastructures publiques et privées. Maisons, infrastructures essentielles et autres bâtiments, tous sont à risque, à moins de mieux les préparer aux répercussions des changements climatiques par de nouveaux investissements et une meilleure réglementation.

Submergés: Le coût des changements climatiques pour l’infrastructure au Canada constitue la plus grande étude réalisée quant aux répercussions des changements climatiques sur les infrastructures au Canada. Il dégage trois grands types de répercussions sur les infrastructures les plus importantes au pays : les inondations de maisons et d’autres bâtiments, les dommages aux routes et aux chemins de fer, et les répercussions sur les réseaux d’électricité. On conclut notamment que :

  • Les dommages aux maisons et autres bâtiments causés par les inondations pourraient quintupler d’ici 2050 et décupler d’ici la fin du siècle, engendrant des coûts qui pourraient atteindre les 13,6 G$ annuellement;
  • L’augmentation des coûts annuels des dommages aux routes et aux chemins de fer pourrait atteindre 5,4 G$ d’ici 2050 et jusqu’à 12,8 G$ d’ici la fin du siècle;
  • Les coûts de réparation et de maintenance des infrastructures électriques pourraient plus que doubler d’ici 2050 et tripler d’ici la fin du siècle, entraînant des coûts annuels pouvant s’élever à 4,1 G$.

À la fin de son rapport, l’Institut adresse des recommandations aux gouvernements sur la manière de diriger les investissements publics et privés vers des infrastructures mieux adaptées et plus résilientes ; des changements qui réduiront les pertes et les dommages, et feront économiser des milliards de dollars à la société canadienne.

Exemples d’économies que généreraient de tels investissements :

  • La protection des rives et le déplacement de résidences hors des zones à haut risque
    pourraient réduire les coûts des inondations côtières de 90 %.
  • L’utilisation de matériaux plus résistants comme le revêtement sur les routes pourrait réduire les coûts de plus de 90 %.
  • L’utilisation de matériaux plus résistants dans la mise à niveau »

Pour consulter le communiqué de presse original…

Pour plus d’information et consulter le rapport…


Pour visiter le site internet de l’Institut canadien pour les choix climatiques…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération