MARS 2021
Projet du mois

Photos :
Collaboration spéciale Studio Jean Verville Architectes + Félix Michaud, photographe

MSO par Studio Jean Verville Architectes

Pourquoi avoir sélectionné ce projet à titre de vitrine pour Kollectif ?

D’emblée, le projet MSO ne s’adresse pas à tous. Certains pourraient le trouver froid, voire austère. Mais ce qui fascine dans cette résidence/studio, c’est l’audace de l’expérimentation qui caractérise systématiquement les œuvres du Studio Jean Verville.

La palette de couleurs peut sembler sévère, mais tel un musée, elle permet à ses usagers et au mobilier de se démarquer dans l’espace, d’être des « acteurs » dans le décor. Le traitement vertical des relations visuelles entre les pièces de vie déconcerte de façon pleinement assumée, pleinement célébrée.

Ce qui intrigue d’autant plus dans l’ensemble, ce sont les contrastes entre l’ombre et la lumière. Comparativement à de nombreux projets contemporains mettant l’emphase sur l’apport de lumière naturelle, MSO semble au contraire vouloir contrôler et jouer avec les ombres, telle l’arrière-scène d’un théâtre… en symbiose avec ses propriétaires issus du milieu culturel !

À l’instar d’autres concepteurs au travail expérimental, comme Jean-Maxime Labrecque et Jacques Bilodeau, Jean Verville a le très grand mérite de pousser les limites de notre définition traditionnelle de l’habitat. Célébrons cette clientèle qui a le courage d’embrasser de tels projets de recherche.


Description du projet :

L’architecte Jean Verville explore un univers où se côtoient architecture, théâtralité et ludisme pour imaginer une proposition hybride où les perceptions sensorielles sont sollicitées à transgresser les limites de la forme tridimensionnelle, et où les espaces de vie semblent affranchis de leur réalité.

Tout au long du processus, les clients – les créateurs et acteurs Sophie Cadieux et Mani Soleymanlou –, par leur créativité, leur maîtrise de la dimension collaborative inséparable du travail théâtral et leur talent d’improvisation, adoptent avec passion, rigueur et sensibilité la démarche joueuse de l’architecte. Secondé par sa complice, l’architecte Tania Paula Garza Rico, directrice de son studio éponyme, Verville élabore des mises en scène fantaisistes intégrant la présence de créatures-allégories. Devant l’objectif du photographe, les architectes et leurs clients se prêtent à l’exercice avec enthousiasme, humour et imprévisibilité. Avec cette matière première, Verville effectue un travail de manipulation numérique pour fabriquer des images qui suscitent un questionnement sur l’illusoire banalité de l’habitabilité.

« Une expérience de création extraordinaire, de la première rencontre à cette mise en scène finale… J’ai constamment des fous rires en repensant à cette journée ! »
– Mani Soleymanlou

Adoptant comme schéma narratif les univers créatifs, les personnalités de ses occupants et leurs besoins particuliers, le projet MSO consiste en une reconfiguration volumétrique complète permettant de générer un espace de vie et de création artistique adapté à la réalité quotidienne des deux artistes et de leur fiston. À l’intérieur d’une étroite maison d’un quartier résidentiel montréalais est insérée une promenade scénographique se déployant sur la pleine hauteur du bâtiment.

Devant satisfaire les besoins de la vie familiale, mais aussi les soustraire par moment pour créer un environnement de travail fortifiant la concentration et la créativité, la réorganisation spatiale dissimule les fonctions dans une succession de volumes ordonnés en un parcours complété par dix pauses scéniques. L’espace central, transpercé d’une structure d’acier ajouré se déployant sur douze mètres de hauteur, abolit la hiérarchie d’origine dans une segmentation dynamique, alors que la monochromie des tonalités de grège unifie l’ensemble en une entité monolithique.

« À chaque moment on découvre quelque chose de nouveau, une nouvelle découpe, une nouvelle ligne. C’est un cadeau immense. »
– Sophie Cadieux

« Mais, elle est où ma chambre ?»
– Oscar

La proposition visant une cohabitation efficace des activités domestiques et professionnelles, une perméabilité à la vie familiale et une répartition spatiale procurant également un niveau d’intimité individuelle, tire parti d’un décloisonnement pour consolider le sentiment d’unification dans le déploiement vertical et pour métamorphoser la lisibilité de l’ensemble.

MSO from Studio Jean Verville architectes on Vimeo.

Afin de minimiser les altérations sur le bâtiment existant, une soustraction sélective d’aires de plancher libère le cœur de l’espace pour intégrer la nouvelle progression verticale. Se déployant graduellement sur les trois étages de la maison dans une succession de dix plateformes polyvalentes et multifonctionnelles, ces dix pauses scéniques établissent une nouvelle organisation spatiale. La structure métallique, aux surfaces et aux parois d’acier ajouré, se juxtapose à un enchaînement d’enceintes et de plateaux surélevés – tantôt scénette, tantôt assise – pour dessiner des frontières fluides qui privatisent les espaces tout en engendrant une porosité visuelle.

S’accordant aux exigences d’adaptabilité fonctionnelle tout en minimisant le besoin de mobilier, le nouveau système d’organisation spatiale engage d’inhabituelles interactions afin de faciliter une appropriation personnelle et créative des sous-espaces qu’il façonne. Fragmentées par les écrans métalliques et les murets, et rythmées par les déambulations, les pauses scéniques proposent de nouveaux points de vue sur l’espace et de nouvelles perspectives sur la présence de l’autre. L’imposant assemblage métallique, qui consolide également l’intégrité structurale, se coiffe d’un puits de lumière de 2,5 mètres par 2,5 mètres afin de maximiser l’apport de luminosité naturelle en la diffusant jusqu’au rez-de-chaussée.

La lumière, filtrée par les surfaces et les parois métalliques, multiplie les projections d’ombres portées pour marquer l’espace de tracés graphiques opposant leur présence aux délimitations spatiales, et offrant une continuelle danse d’ombrages géométriques qui s’amusent sur le canevas monochrome. À la fois dépouillée et expressive, la proposition constitue un assemblage morcelant la volumétrie et la lumière pour envelopper le lieu d’une aura mystérieuse contribuant à la théâtralité de l’expérimentation qu’elle propose.

Pour plus d’images du projet…


Fiche technique du projet :

  • Titre officiel du projet : MSO ; PLAY/PAUSE
  • Localisation : Montréal, Québec
  • Clients : Sophie Cadieux et Mani Soleymanlou
  • Architecte : Studio Jean Verville Architectes
  • Entrepreneur général : Pierre Aubin
  • Costumes : Elen Ewing
  • Date de fin de projet : 2020
  • Superficie : 147 m² (maison : 115 m², studio : 32 m²)
  • Crédit photo : Collaboration spéciale Studio Jean Verville Architectes + Félix Michaud, photographe
  • Source : v2com-newswire.com

Description de la firme :

Architecte, Ph.D art et professeur à l’École d’architecture de l’Université Laval, Jean Verville convoque le jeu, l’humour et l’autodérision dans sa pratique professionnelle comme dans son approche pédagogique. Créateur joueur, c’est avec une apparente légèreté et une désinvolture qu’il présente sa réflexion sur les rapports à l’espace domestique, sur le rôle et sur les capacités de l’architecture à métamorphoser le quotidien.

Observant avec amusement les impacts de la culture populaire, Verville invite à des appropriations individuelles qui soulignent les attributs et l’omniprésence de l’espace architectural. Célébrant la multiplicité des perceptions, ses collages numériques délibérément imparfaits façonnent des fantaisies baroques où le discernement entre architecture et imaginaire personnel se dispute pour évoquer des traces de l’enfance, comme un doute sur la véracité des images et sur la vraisemblable banalité de la vie ordinaire.

Pour visiter le site internet du Studio Jean Verville Architectes…


Pour visiter les « Projets du mois » précédents publiés sur Kollectif…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *