MISE À JOUR – Catalogue des Concours Canadiens – "resTOre (Toronto, 2011): leçons de paysage par des étudiants"

« resTOre (Toronto, 2011) : leçons de paysage par des étudiants
Par Jean-Pierre Chupin

Pour consulter la fiche du concours…

Organisé, en 2011, comme une initiative étudiante en l’honneur de la Professeure Margery Winkler, le concours resTOre s’adressait à la problématique des espaces verts sous-utilisés du grand Toronto. Il ne s’agissait pas d’un nième concours étudiant, mais d’un triple acte de générosité, de créativité et de pédagogie. Le site choisi pour l’occasion, à la sortie Bay Street / York Street sur l’autoroute Gardiner, a donné lieu à trois projets primés et à deux mentions, autant de leçons d’architecture du paysage offertes par des étudiants. Rien de banal !

Ce sont des étudiants de la bouillonnante Ryerson University qui ont su convaincre Ken Greenberg, Pat Hanson et Janet Rosenberg de participer au jury du concours resTOre en mai 2011. Ils voulaient rendre hommage à une grande pédagogue, par un exercice de pédagogie, en traitant de la problématique des sites ingrats et complexes, comme il en existe des dizaines dans toutes les villes nord-américaines. En l’occurrence, une friche captive d’une rampe d’accès autoroutier à Toronto. À savoir s’il s’agissait d’une question d’architecture, d’urbanisme ou de paysage, ils ont répondu par des mixtes d’architecture, d’urbanisme et de paysage. Les projets primés ou mentionnés présentés dans cette mise à jour du CCC correspondent à des points de vue marqués. Nous y verrons autant de leçons de paysage.

Leçon #1 : le paysage doit être réaliste.
Le projet Rahim, lauréat, propose de plisser le terrain au centre de la rampe et d’y dissimuler un marché public. La forme se courbe, reste encore un peu maladroite, mais elle a su séduire le jury par son principe de réalité : programme réalisable, matériaux recyclés et viabilité de l’aménagement sur tous les plans du projet. Véritable leçon de réalisme là ou bien des concurrents auront joué la carte des utopies urbaines. Qui peut être contre les marchés publics ? Les volutes de la toiture évoquent à la fois une protection et une topographie. »

Pour lire la suite de l’éditorial…

(Source: Jean-Pierre Chupin, Ph.D., Professeur titulaire, Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture et Co-directeur scientifique du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (L.E.A.P) à l’École d’architecture de l’Université de Montréal)

(Image: Projet lauréat par Darryl Rahim)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *