MISE À JOUR – Catalogue des Concours Canadiens – "Concours d'architecture du complexe sportif Saint-Laurent (2010): concourir pour l'esprit de compétition par Jean-Pierre Chupin"

« Concours d’architecture complexe sportif Saint-Laurent (2010) : concourir pour l’esprit de compétition
Par Jean-Pierre Chupin

Pour consulter la fiche du concours…

En ces temps de crise de confiance généralisée envers les administrations municipales, on ne saurait trop conseiller aux décideurs, comme aux citoyens, de prendre acte de la façon dont certains concours construisent la qualité de nos villes, de façon sans doute imparfaite, mais certainement plus transparente que les « enveloppes brunes » et autres « chaussettes de billets » qui défraient la chronique. Avec un deuxième concours en deux ans, faisant suite au renouvellement de la bibliothèque en 2009 et en misant cette fois sur un équipement sportif d’envergure, l’arrondissement Saint-Laurent (Montréal) confirmait en 2010 une volonté de mobiliser les forces vives de l’architecture par une mise en concurrence des talents dans un esprit d’équité démocratique au nom du sport.

Les concours font parfois l’objet de controverses, mais l’histoire des concours à l’échelle internationale n’est en rien constellée des scandales et autres stratagèmes de corruption qui minent actuellement la crédibilité des investissements dans les municipalités québécoises. Faut-il le rappeler, un concours se présente comme la moins mauvaise façon de formuler, pour une problématique donnée, la mise en concurrence des expertises et des talents, sachant que ces mêmes expertises et ces mêmes talents sont toujours à renouveler, les bonnes idées n’étant pas coulées dans le béton.

Le problème posé par Saint-Laurent en 2010, pour des aménagements qui ne pouvaient se réduire à de simples équipements sportifs, se composait de bassins, d’un stade de soccer, de diverses salles d’entrainement, d’un gymnase, le tout agrémenté d’un café et de bureaux. Rien de compliqué en apparence et pourtant le contexte urbain distendu, le long du boulevard Thimens, doublé d’une ambition de renforcer la forme urbaine de cet arrondissement très dynamique du nord de Montréal, appelait à l’œuvre quatre des meilleures équipes montréalaises : Saucier + Perrotte avec Hughes Condon Marier, Affleck + De la Riva avec Cannon Design, Lapointe Magne et Associés avec l’ŒUF et finalement Saia Barbarese Topouzanov avec Hudon Julien Croft. Des noms connus, certains diront qu’il s’agissait d’habitués des sélections de concours, mais le fait est que ces équipes partaient sur un pied d’égalité en matière de compétences et d’engagement dans la qualité architecturale. »

Pour lire la suite de l’éditorial…

(Source: Jean-Pierre Chupin, Ph.D., Professeur titulaire, Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture et Co-directeur scientifique du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (L.E.A.P) à l’École d’architecture de l’Université de Montréal)

(Images finalistes: De haut en bas: Proposition de Saucier + Perrotte Architectes- Hughes Condon Marler, architectes, Proposition de Affleck + De la Riva/Cannon Design, Proposition de Lapointe Magne et Associés/L’OEUF et Proposition de Saia Barbarese Topouzanov/Hudon Julien Croft associés architects)

 

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *