Image du mois – Décembre 2009 – “Unité de vie des Soeurs de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus” par acdf*

« UNITÉ DE VIE DES SOEURS DE LA CHARITÉ DU SACRÉ-COEUR DE JÉSUS, SHERBROOKE

_ Titre du projet : Agrandissement de la Maison mère des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus de Sherbrooke
_ Architectes : acdf* architecture-urbanisme-intérieur
_ Chargé de projet : Sylvain Allaire
_ Chargé de conception : Maxime-Alexis Frappier
_ Équipe: Lise Parenteau (assistante au chargé de projet), Laure Giordani (assistante au chargé de conception),  Joan Renaud, Gabriel Villeneuve, Martin Houle, Robert Dequoy, Guy Courchesne, Benoit Dupuis, Mathieu St-Hilaire,  Marie-Eve Barnabé,  Suzanne Mondor,  Denis Lavigne et Jacques Deslandes .
_ Structure : CIMA +
_ Mécanique Électrique : Teknika HBA
_ Paysage : CIMA + , NIP paysage (concept du jardin)

Description sommaire :

Cet agrandissement de 56 680p2 se compose d’une infirmerie de 54 chambres supportée par tous les services connexes, une cuisine pouvant desservir 200 personnes, une salle de physiothérapie, une bibliothèque, des ateliers d’entretien et une cour intérieure aménagée d’un jardin.

Le projet d’agrandissement de la Maison mère des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus de Sherbrooke insiste sur l’importance d’offrir une capacité de récit. Quelle que soit l’échelle abordée, bâtie et paysagère, la proposition est pensée comme le « vivre ensemble », et donc l’échange, et ce en multipliant les parcours, la liberté du lieu, les usages possibles, les ambiances. Le projet porte une attention particulière aux questions du rapport au site avec son contexte tout en assurant une intégration harmonieuse avec le bâtiment existant.

La situation topographique du site à fort dénivelé vers la rivière St-François constitue un des éléments générateurs du concept architectural. En réponse à cette condition du site, plusieurs murs de pierre et de gabions sont positionnés sur le site permettant de définir une zone d’implantation viable entre le bâtiment existant et la rivière. Ces murs de pierre sont en continuité des fondations de pierre des bâtiments patrimoniaux existants.

À la manière d’un enfant qui, plongé dans son jeu de blocs de bois s’invente des mondes aux échelles variées, deux volumes de brique sont déposés sur les murs de pierre. Ces volumes de brique contiennent la principale fonction programmatique du projet : les chambres et les salles de soins. Tantôt en porte-à faux, tantôt d’affleurement avec les murs de pierre, ces volumes épurés génèrent un dialogue entre la rivière et le bâtiment existant. L’intégration avec l’existant se fait par contraste en termes de volumétrie. Le prolongement des murs de pierre de la chapelle et la couleur du parement de brique en lien avec les toitures d’ardoise du bâtiment contribuent également à l’intégration harmonieuse. Des insertions de bois torréfié créent une rythmique dynamique sur les façades longitudinales des volumes de brique.

Positionnés au centre des volumes de brique et en prolongement de la chapelle existante,  les espaces communs (salons et salles à manger) donnent sur le jardin extérieur. Ce jardin est surélevé d’un étage permettant ainsi aux usagers de bénéficier d’une zone de promenade extérieure sécuritaire (prothétique) permettant la contemplation de la rivière St-François et le paysage. Tous les attributs architecturaux et paysagés de ce jardin contribuent à créer un lieu paisible et propice à l’introspection…en dialogue avec la chapelle et son caractère spirituel. »

Crédit photo: Marc Cramer.

Pour visiter le site Web d’acdf* architecture | urbanisme | intérieur…

Pour visiter le site Web de Marc Cramer…

Pour visiter les ARCHIVES des « Images du mois »…

(Source: Maxime-Alexis Frappier, architecte associé, acdf*)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *