Image du mois – Avril 2011 – "Agrandissement du Centre sportif Jean-Claude Malépart par Saïa Barbarese Topouzanov Architectes"

« Montréal, le 14 février 2011 – Par le passé, dans le quartier Sainte-Marie, le quadrillé des rues bordées de logements ouvriers, de petits commerces et industries avait suscité peu de carrefours de vie urbaine. Mais, graduellement, à l’angle des rues Ontario et Frontenac, une maison de la culture précédée d’une station de métro et suivie d’un centre sportif construit à proximité, allaient se révéler comme un lieu de fierté et d’appartenance très fréquenté par les citoyens.

Quatorze ans après un premier mandat pour la construction d’une première phase, les architectes Saia Barbarese et Topouzanov se sont vus récemment confier l’agrandissement du Centre sportif Jean-Claude Malépart, du nom de ce député qui s’était fait le défenseur des défavorisés de son comté de Sainte-Marie.

Programme
Le hall de 1996 devait devenir une sorte de plaque tournante qui continuerait à desservir les installations déjà en place, gymnase et salles communautaires, tout en donnant accès à une nouvelle billetterie, à une piscine semi-olympique et à une pataugeoire avec leurs salles de déshabillage, salle d’entrainement, local pour sauveteurs dépôts et services connexes.

Le rapport au site et à la première phase
Le nouveau bâtiment vient compléter le tissu urbain environnant et composer un tout unitaire avec les volumes articulés du centre sportif de 1996. L’entrée principale rue Ontario, sans changer de localisation, gagne en visibilité. En effet, la paroi de verre transparent où elle s’inscrit désormais, se prolonge tout au long de la nouvelle façade et va, sa hauteur s’amenuisant, jusqu’à la rue du Havre. L’angle aigu obtenu oriente le regard vers l’entrée ainsi magnifiée.

[…]

Nom officiel du projet : Centre Sportif Jean-Claude Malépart
Localisation : 2633, Rue Ontario Est Montréal, QC H2K 1W8 – (514) 521-6884
Nom du client : Ville de Montréal
Architectes : Saia Barbares Toupouzanov architectes
Concepteurs principaux : Mario Saia, Vladimir Topouzanov
Responsable du projet : Dino Barbarese, Virginie Legast
Équipe : Dino Barbarese, Patrick de Barros, Wassili Dudan, David Griffin, Mathias Loscos, Yvan Marion, Donald Marquis, Mario Saia, Catherine Simard, Vladimir Topouzanov
Ingénieurs : AECOM
Ingénieur en structure : MLC associés
Ingénieur mécanique/électricité : Aecom
Superficie du projet : 2680 m2
Coût des travaux : 7 millions $
Date de finalisation du projet : Mai 2010
Crédit photo : Marc Cramer, Frédéric Saia, Vladimir Topouzanov »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

Pour visiter le site internet de Saïa Barbarese Topouzanov Architectes…

Pour visiter les ARCHIVES des “Images du mois”…

(Source: Julie Payette, Associée, Agence Volume 2)

Commentaires

Sébastien Désilets

Bien que l’arrivée de cette piscine vienne apporter un complément inestimable au quartier, son architecture et son implantation sont malheureuses. D’abord, le choix de disposition des blocs de ton gris différents n’est pas harmonieux ni avec le quartier ni avec le centre, le volume est bon cependant. Bien que la ligne diagonale peut avoir l’effet imaginé, elle aurait dû être en conversation avec un autre vocabulaire architectural. Je ne réussis pas à apprécier cette fantaisie singulière malgré de nombreux efforts. Deuxièmement, l’implantation sans marge de recul est fort désagréable à la fois pour les nageurs qui sont privés de toute intimité en les exposant dénudé aux passants et le virage au coin de la rue du Havre est plutôt coupant… Il y a une zone morte de 250 mètres carrés entre le gymnase et la piscine qui est maintenant barricadée avec une clôture de 3 mètres de haut. Au sol on y a déposé des roches blanches dans des carrées en plastique qui se retrouvent un peu partout à côté du containeur (est-ce que celui-ci va rester ?). Il y a également un espace mort en plein centre du bâtiment ou se retrouve une porte perdue et il manque un sas aux vestiaires pour éviter qu’on entre de la gravelle dans les douches. Il faudra éventuellement déplacer la rue ou retrancher 2 mètres au bâtiment et combler le vide entre le gymnase et la piscine. Si le critère de la vue à partir de l’escalier intérieur est déterminant, on pourrait conserver un jardin intérieur et le rendre accessible et accueillant à partir du couloir du gymnase ou même de la piscine, y faire une garderie. Notons qu’il est exposé au sud entre les 2 géants.
En espérant que être le seul à avoir ces opinions plus ou moins nuancées, je souligne que le centre est un précieux atout pour le quartier et que les services qui y sont dispensés sont exceptionnels.

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *