Exposition – Ying Gao – "Mechanical Couture – Fashioning a New Order" en Israël

« Le 5 octobre 2010 – Le travail de la designer Ying Gao, professeure à l’École supérieure de mode de Montréal et à l’École de design de l’UQAM, sera présenté dans l’exposition Mechanical Couture – Fashioning a New Order, du 14 octobre 2010 au 8 janvier 2011, au Design Museum Holon  en Israël. Ses créations, alliant technologies et textiles, côtoieront celles des plus grands noms de la mode, tels qu’Issey Miyake et Hussein Chalayan.

Robes interactives

Les créations de Ying Gao sélectionnées dans l’exposition font partie des collections Walking City, Living Pod et Playtime, ainsi que de sa ligne de prêt-à-porter, Post-vernissage, élaborée avec Karl Latraverse. La designer a intégré aux pièces de vêtement les technologies pneumatique et interactive, ce qui les rend physiquement réactives à ce qui les entoure. Ces vêtements sont destinés, à prime abord, aux arts du spectacle, et la technologie est transférable à l’industrie du prêt-à-porter.

Mechanical Couture – Fashioning a New Order

Cette exposition s’intéresse à un nouveau phénomène de la haute couture : l’intégration de la mécanique aux vêtements. Les designers sélectionnés réinterprètent le vêtement comme un hybride combinant processus mécanisés et sur-mesure. Loin de se contenter d’intégrer une part de technologie aux vêtements, les créateurs de ce nouveau mouvement réalisent de véritables machines; sont fortement inspirées de la mécanique ou voient les machines comme des collaborateurs. Cette exposition explorera la démarche créative de chacun des designers présentés afin de comprendre leurs motivations à utiliser la mécanique. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

Pour visiter le site internet du Design Museum Holon…

(Source: Maude N. Béland, Conseillère en relation de presse, Division des relations avec la presse et événements spéciaux, UQAM – Service des communications)

(Photo: Création de la collection Post-vernissage, inspirée du livre Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité de Marc Augé. Crédit photo : Zarick Berger)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *