EXPOSITION – Centre d'histoire de Montréal – "Scandale! Vice, crime et moralité à Montréal, 1940 – 1960"

Communiqué de presse:

« Après Quartiers disparus
À l’occasion de son 30e anniversaire
Le Centre d’histoire de Montréal présente l’exposition

Scandale! Vice, crime et moralité à Montréal, 1940 – 1960
Dès le 15 novembre 2013

Montréal, le 4 novembre 2013 – Entre 1940 et 1960, Montréal jouit d’une renommée internationale. La nuit, sur ses longs boulevards, les Montréalais se débrident au son des verres qui tintent et des airs de Music-hall : Alys Robi, Oscar Peterson, Franck Sinatra, Dean Martin, Charles Trenet, Édith Piaf ou encore la sulfureuse effeuilleuse Lili St-Cyr viennent se produire dans cette ville que l’on surnomme alors le « Little Paris of America »…

Montréal sous le feu des projecteurs !
Cette exposition, à l’esthétisme glamour, habillée par des images inédites et surprenantes, entraînera le pas du visiteur à travers les décors d’une ville en pleine ébullition, électrisée par sa vie artistique, ses cabarets, ses néons, et ses icônes du genre burlesque.

Le public pourra ainsi aller à la rencontre de célébrités qui ont marqué l’histoire du 20ème siècle, en s’imprégnant de l’ambiance désinvolte et embrasée des clubs de nuit montréalais où se rassemblaient les noctambules d’ici et d’ailleurs.

Mais ce voyage enivrant à travers les lieux enluminés de Montréal ne s’arrête pas aux acclamations des foules dans les salles de spectacle. L’exposition propose également de découvrir les coulisses et les dessous de la ville… Maisons de pari illicites, tripots, prostitution, corruption, malversation et banditisme sont au coeur de cette grande agitation : scandale !

Faire la lumière sur l’histoire de la ville
L’exposition raconte les événements et les personnages qui ont déclenché une véritable lutte entre les tolérants et les réformateurs, animant les passions dans une atmosphère de vice et de moralité ! Les différentes zones d’exposition dévoilent la vie des sous-cultures montréalaises, et racontent la montée de l’indignation populaire contre le crime organisé et la complicité manifeste des autorités. Ces mouvements citoyens contestataires dénonçant la corruption policière, mobilisés par le meurtre du roi de la pègre, Harris Davis, puis soutenus par l’ouverture de l’enquête Caron, et l’incorruptible Pax Plante, permettront de mieux comprendre les dynamiques qui ont bouleversé Montréal.

La nouvelle exposition du Centre d’histoire de Montréal « Scandale! Vice, crime et moralité à Montréal, 1940 – 1960 » réserve une expérience de visite surprenante à qui veut saisir l’empreinte historique de cette époque sur la ville. Une invitation à poursuivre une réflexion autour de l’identité de la métropole pour mieux comprendre et déchiffrer son patrimoine culturel.

Une expertise muséologique au service des citoyens
En 2011, c’est dans le cadre de la recherche historiographique sur l’exposition Quartiers Disparus, que l’équipe du Centre d’histoire de Montréal s’est intéressée à la vie de certains quartiers, comme le Red Light. Son night life, son faste et son effervescence d’antan l’a amenée à examiner une page flamboyante de l’histoire, mais également à enquêter, à l’orée des années 1940, sur les événements qui ont conduit le Montréal d’après-guerre à confirmer sa réputation de « ville de plaisir ».

Pour le Centre d’histoire de Montréal, il y avait une forte cohérence entre sa mission citoyenne, son rôle de démystificateur de l’histoire et son intérêt pour cette période. Son expertise en muséologie sociale et son expérience dans le traitement et la collecte d’une culture populaire l’ont amené à entreprendre de nouvelles démarches pour aller à la rencontre des citoyens montréalais et à interpréter ces épisodes de tensions sociales. Les témoignages et les récits de vie des citoyens, témoins privilégiés de cette époque charnière, furent le point de départ de cette nouvelle exposition, haute en couleurs, rappelant une période phare de l’histoire de la ville.

La mémoire des Montréalais
Près de 60 heures d’enregistrements et une trentaine d’entrevues ont été nécessaires pour donner un éclairage nouveau à ces événements, réanimant des faits par des anecdotes et des récits sincères, souvent cocasses, troublants et étonnants. Un chauffeur de taxi ou une cigarette girl, un historien de la police de Montréal ou des personnalités comme Gilles Latulippe, Francine Grimaldi et Jean-Pierre Charbonneau, viennent recréer cette époque mythique, dans des décors évoquant des scènes dignes d’un roman policier. L’histoire de la ville est alors révélée, à la lumière des nombreux souvenirs de ses citoyens, experts ou témoins, offrant tour à tour un écho pénétrant et inusité à un passé collectif.

Cette exposition inédite vous dévoilera l’histoire de Montréal avec ses contrastes, et ses parts d’ombre, ses luttes et ses métamorphoses.

– 30 –

Source
André Gauvreau
514 872-9385
Centre d’histoire de Montréal
Ville de Montréal »

Pour consulter le communiqué de presse original…

Pour visiter le site internet du Centre d’histoire de Montréal…

(Source: André Gauvreau, Assistant aux événements culturels – Communications, Centre d’histoire de Montréal, Service du développement et des opérations, Direction de la culture et du patrimoine, Division de l’action culturelle et des partenariats, Ville de Montréal)

(Photos: Couverture: « Scène de crime. », vers 1955. Musée de la police de Montréal. Ci-haut: «Jeu de barbotte illégal», article « Morality Squad Canada’s Largest City Proves Vice Can Be Conquered », The Standard, 2 août 1947. Bibliothèque et Archives Canada, e011067356.)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *