Exposition – Centre d'histoire de Montréal – "Quartiers disparus: Une exposition-documentaire"

« Quartiers disparus: une exposition documentaire du Centre d’histoire de Montréal
Du 15 juin 2011 au 25 mars 2012

« Ce que j’ai trouvé le plus difficile c’est quand on a vu la démolition se faire. […] Y’a pu de traces de ton enfance. On peut pu dire « Moi, j’suis née là », « Moi, j’ai grandi là ». Ben non, ct’un stationnement, pis une tour. » Jeanelle Bouffard, ancienne résidante du Faubourg à m’lasse.

Une ville n’est pas un objet figé, c’est un corps en perpétuel mouvement, en perpétuel changement. Cette évolution inéluctable s’est incarnée à Montréal dans la disparition de quartiers entiers entre 1950 et 1975, période de modernisation mondiale. Les raisons officielles des démolitions furent un manque de salubrité des logements existants et les besoins créés par de grands projets : l’Exposition universelle de 1967 et les Jeux olympiques de 1976. Montréal était à un moment charnière de son histoire!

« Ma récompense, c’est d’avoir largement contribué à transformer la ville que déjà nous aimions en ville que nous aimons encore plus ». Discours de démission de Jean Drapeau, dans Benoît Gignac, Le Maire qui rêvait sa ville, Montréal, Éditions La Presse, p.246.

La ville a alors réalisé un travail d’inventaire considérable des habitations ciblées, fournissant à la postérité des archives photographiques sur la vie de l’époque. Dans une volonté de ressusciter ces quartiers disparus, l’équipe du Centre d’histoire de Montréal a réalisé un travail de collecte de mémoire auprès des habitants du Red Light, de Goose village et du Faubourg à m’lasse, mais aussi auprès des experts de la ville et des acteurs des démolitions. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

(Source: André Gauvreau, Assistant aux événements culturels – Communications, Centre d’histoire de Montréal, Service du développement et des opérations, Direction de la culture et du patrimoine, Division de l’action culturelle et des partenariats, Ville de Montréal)

(Photo: Futur site de Radio-Canada, faubourg à m’lasse, 1964)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *