kollectif

 
 

ÉDITORIAL – Martin Houle (Kollectif) – "La solidarité architecturale au Québec"

« La solidarité architecturale au Québec »

Je rédige cet éditorial à la suite de la publication le 24 janvier dernier d’un avis de l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) à ses membres de s’abstenir momentanément de répondre à l’appel d’offres de services professionnels de la Ville de Victoriaville pour le concours d’idées d’un nouveau centre de diffusion culturelle.

Suite à la plainte de certains de ses membres (et non d’une initiative directe de l’OAQ), ce dernier a analysé le document de la ville et a pris la peine d’émettre cet avis écrit à l’ensemble de ses membres :

« Il apparaît en effet que cet appel d’offres ne répond pas aux règles de l’OAQ dont l’objectif est de garantir la légitimité, l’équité et la transparence du processus. L’Ordre a donc pris contact avec le donneur d’ouvrage, l’organisme à but non lucratif Diffusion Momentum, et avec le consultant Sylvain Gagné, afin de clarifier la situation. La demande de l’Ordre est simple: il souhaite que le processus soit ajusté et a offert sa collaboration à cet effet.

D’ici à ce que la situation soit clarifiée, l’Ordre ne peut que déconseiller vivement à ses membres de répondre à cet appel d’offres. »

Deux articles de journaux sont alors apparus dans les médias :

LA TRIBUNE : « L’Ordre des architectes irrité par une démarche de la Ville de Victoriaville » (8 février 2013)

LA NOUVELLE : « Onze firmes répondent à l’appel de Victo » (8 février 2013)

Je vous rappelle que la mission officielle de l’OAQ stipule :

« L’Ordre des architectes du Québec s’engage à contribuer au bien-être et à l’essor de la société québécoise par la promotion de la qualité dans la conception et la production architecturales. Cette contribution s’appuie sur une démarche d’ouverture et d’échange avec le public ainsi que sur une amélioration constante de l’exercice de la profession. »

Dans notre cas précis, c’est la dernière phrase de la mission qui compte. Comment expliquer que onze firmes d’architecture ont fait fi de cet avis de leur ordre professionnel? Par ignorance, par appât du gain, par opportunisme? J’aimerais bien connaitre leur point de vue… À noter qu’avant de publier la nouvelle sur Kollectif le 22 février dernier, j’ai fait une vérification préalable auprès de l’Ordre à savoir si le dossier avait évolué avec le consultant du concours, Monsieur Sylvain Gagné, depuis la publication de l’avis: la réponse fut « Non!».

En vérité, la seule « gagnante » dans toute cette histoire est la Ville de Victoriaville : elle a remporté son pari malgré les avertissements d’une entité de l’Office des professions du Québec qui relève directement du ministre de la Justice du Québec. La satisfaction de la ville entourant l’organisation de « son » concours d’idées ne pourrait être plus justifiée : certaines des plus prestigieuses firmes d’architecture du Québec ont répondu positivement à leur appel. En ne reconnaissant pas la valeur du Guide de concours de l’OAQ qui a été élaboré par des architectes, Victoriaville fait un pied de nez à notre formation, à notre expérience dans le domaine des concours et à la valeur de notre travail. Dois-je rappeler que ce guide vise à encadrer le processus et protéger les intérêts de tous les acteurs impliqués? Victoriaville a ré-écrit les règles À SA CONVENANCE : cela laisse donc place à un dangereux précédent dans l’octroi de contrats professionnels par concours, ce qui n’est pas du tout dans l’intérêt de la profession… Notez que ce type d’action de la part de certains collègues entache le travail que l’OAQ (et d’autres organisations et associations) fait auprès des donneurs d’ouvrage depuis presque une décennie afin de valoriser notre profession (voir p.10 et 11 du lien). Dois-je rappeler l’origine de cette demande explicite de « juste » reconnaissance de nos compétences? De ses propres membres… Alors on cherche collectivement à construire notre crédibilité d’une main, mais on la détruit individuellement de l’autre

Enfin, le chapitre du concours de Victoriaville a été une occasion ratée de démontrer aux donneurs d’ouvrage, au grand public (publication des articles de journaux précédents) et surtout à nous mêmes, que les architectes du Québec peuvent faire preuve de solidarité professionnelle: la seule chose que nous avons réussi à prouver aux yeux de tous, c’est que notre solidarité architecturale a un prix, qu’elle est fragile, sélective et surtout, incohérente…

Suis-je le seul à hocher de la tête présentement?

Martin Houle, architecte
Directeur-fondateur, Kollectif

Pour consulter le Guide de concours de l’Ordre des architectes du Québec…

(*) Les propos mentionnés dans la section « éditoriale » de Kollectif n’engagent que son auteur.
(**)
Vous désirez vous aussi publier un éditorial sur Kollectif? Voici les modalités!

Marc-André Carignan, b.arch.,
Chroniqueur en architecture et design urbain
Kollectif (section D'ici et d'ailleurs)

En savoir plus sur Marc-André

Crédit photo: Marose Photo

Commentaires

Julie Ann Smith

Non Martin, tu n’es pas seule à hocher de la tête.

Diana Cardas

Non, Monsieur Houle, vous n’êtes pas le seul à hocher de la tête.
Malheureusement c’est juste un autre exemple du « chacun pour soi », au détriment de la profession.
Et malheureusement aussi, l’Ordre ne fait pas toujours assez et / ou n’a pas les moyens pour le faire.

maxime Frappier

très bon commentaire Martin! On doit également s’attaquer aux méthodes de pointage qualité/prix du milieu municipal que bien d’autres organismes (culturels) commencent aussi à utiliser. Ce calcul, qui en fait favorise toujours le plus bas prix, est bien triste et met en péril la recherche en design, le développement de projets sensibles capables de contribuer à l’épanouissement non seulement des architectes mais surtout des utilisateurs et ne permettra jamais l’établissement d’une relève architecturale au Québec…
Ton éditorial est un pas dans la bonne direction. merci à toi.

Joël Courchesne

Non Martin, tu n’as pas seul. Et je crois que les 11 firmes qui ont soumis une offre à la ville de Victoriaville devraient être citées en mauvais exemple par l’OAQ. Qui plus est les 3 qui ont été sélectionnées (Lemay, EPa, architectes –
ABCP, St-Louis-Vallières, architectes –
Les architectes FABG) devraient arrêter leurs démarches s’ils ont quelque peu de décence… je n’irai pas jusqu’à demandé une solidarité pour notre pratique.

Jean-Lou Hamelin

Ça me rappelle que vers la fin des années 1990, il y avait eu un concours pour le palais de congrès qui avait été vertement critiqué par l’OAQ à ce moment. Si je me souviens bien, il y avait eu carrément boycott et une seule firme avait déposé une offre. Par la suite le gouvernement avait donné le contrat à un entrepreneur qui lui avait engagé les architectes.

Quand même étrange que le boycott a presque fonctionné à ce moment et que c’était des années de vaches maigres alors qu’aujourd’hui les années sont meilleures, mais que la solidarité a foutu le camp.

Sophie Gironnay

Triste, triste, triste… J’engage les trois groupes sélectionnés par Victoriaville, dont les pourtant soi-disant éthiques et sérieux Lemay, ABCP et FABG, à écouter le débat tenu à la Maison de l’architecture récemment (disponible sur YouTube en version intégrale) portant sur ce sujet ô combien crucial:Comment bonifier la commande publique! Il est ressorti de ce débat –impliquant Clément Demers, Claude Provencher, Aedifica, Lapointe Magne et nombre d’autres  »Gros Joueurs »– que la SOLIDARITÉ entre architectes, dans la guerre pour la qualité architecturale qui se joue au Québec en ce moment,est l’arme numéro Un. La première, l’indispensable. Martin a cent pour cent raison et est très loin d’être le seul à penser ainsi. L’heure n’est plus du tout à jouer au  »loner  » et à se croire au-dessus de ces débats; il ne s’agit plus de paperasseries et de tracasseries administratives, mais bien de lutter pour l’architecture, un métier… un art (?) discrédité.

Patrick Morand

Martin, merci pour ton commentaire très juste. Les architectes pourront s’attendre à être respectés le jour où ils respecteront eux-mêmes.

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *