ÉDITORIAL – Catalogue des Concours Canadiens – "June Callwood Park (Toronto, 2008): incarner ou rendre hommage?"

« June Callwood Park (Toronto, 2008): incarner ou rendre hommage ?
Par Konstantina Theodosopoulos

Pour consulter la fiche du concours…

Organisé en 2008, le concours du June Callwood Park à Toronto visait le redéveloppement d’un espace public communautaire, relayant la philosophie de June Callwood tout en lui dédiant ce nouveau parc. Journaliste et fervente activiste, véritable icône en matière de justice sociale, son décès, en 2007, a véritablement endeuillé la communauté torontoise. Le choix de lui rendre hommage s’est imposé jusqu’à devenir le thème central du concours. Le June Callwood Park s’inscrit dans une série de concours visant la revalorisation et l’évolution du paysage urbain torontois. Un parc peut-il à la fois incarner et rendre hommage aux idées d’une personnalité ?

Le site choisi se trouve sur une parcelle de 4000 m2 au croisement des rues Fleet et Bathurst, adjacent au Fort York (objet d’un concours international en 2009) et à proximité du quartier « Waterfront », (objet d’une série de concours dès 2006 : Central Waterfront Design Competition, 2006, East Bayfront – Jarvis Slip Design Competition, 2007, Lower Don Lands Design Competition, 2007, voir www.waterfrontoronto.ca). Cette partie de la ville vit donc un intense processus continu de redéfinition, à la recherche d’une nouvelle identité, après de nombreuses années de négligence.

Les organisateurs ont formulé une série de « suggestions programmatiques » pour le parc. On y retrouve ainsi : « la flexibilité du programme, afin d’évoluer et répondre aux besoins futurs, la conception d’espaces de jeu créatifs et interactifs pour les jeunes enfants, l’intégration de jeux aquatiques, autant au niveau sculptural/architectural que du divertissement. En plus d’une certaine perméabilité du parc, d’une connexion avec la communauté qui l’entoure, le June Callwood Park devra montrer une considération patrimoniale pour le quartier historique Fort York, ainsi qu’être à l’abri des changements de température radicales, hiver comme été. Finalement, la création d’un hommage fort à la vie de June Callwood à travers l’art public est nécessaire. » Au final, comment ne pas s’interroger sur la manière dont les éventuelles propositions sont parvenues à intégrer autant d’injonctions et de contraintes?

Les quatre équipes retenues pour le concours ont présenté des visions très différentes pour un même parc de configuration globalement linéaire. Certaines propositions ont adopté une vision plus écologique, d’autres ont misé sur une interprétation de la philosophie de Callwood. »

Pour lire la suite de l’éditorial…

(Source: Jean-Pierre Chupin, Ph.D., Professeur titulaire, Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture et Co-directeur scientifique du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (L.E.A.P) à l’École d’architecture de l’Université de Montréal)

(Image: gh3, lauréat)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *