Catalogue des Concours Canadiens | Université de Montréal

Source :
Jean-Pierre Chupin, Ph.D. | Professeur titulaire | Chaire de recherche du Canada en architecture, concours et médiations de l’excellence | Université de Montréal
Photo :
DE GAUCHE À DROITE, PAVILLON DE VERRE AU JARDIN BOTANIQUE : Projet de Lacaton Vassal / Druot / FABG / SNC-Lavalin (Lauréat) | Projet de In situ atelier d'architecture / Bouthillette Parizeau, ing. / SDK, ing. (Deuxième Prix) | Projet de Saucier Perrotte / Pageau Morel ing. / Pasquin St-Jean, ing. (Troisième Prix) | Projet de Kuehn Malvezzi + Pelletier de Fontenay / JLP (Jodoin Lamarre Pratte) / Dupras Ledoux, ing. / SDK, ing. (Quatrième Prix)
 

Espace pour la vie | Éditorial « 3 Concours réussis (-) 2 construits (=) 1 Pritzker Prize potentiel »

Extrait de l’éditorial par Andy NguyenJean-Pierre Chupin, publié le 2021-04-05 :

« En 2014, au terme d’un long processus, dans 3 concours organisés en parallèle par l’institution muséale du Jardin botanique de Montréal Espace pour la vie, 3 projets ont été sélectionnés en coïncidence avec les célébrations du 375e anniversaire de Montréal. La mise en œuvre de deux d’entre eux n’a débuté qu’en 2018 avec la fermeture temporaire du Biodôme, puis avec celle de l’insectarium en 2019. Le Biodôme a rouvert ses portes aux visiteurs en 2020 et la fin des travaux pour l’insectarium est prévue pour juin 2021. Le troisième devait réinventer la roseraie sertie dans le Pavillon de verre du Jardin botanique. Le projet a déjà été oublié, y compris par les médias. Il faut aujourd’hui le regretter, car il avait été conçu par Lacaton et Vassal, valeureux lauréats du Pritzker Prize en 2021.

Ces 3 concours renforçaient le pôle de biodiversité formant le plus important complexe muséal en sciences de la nature au Canada. En lançant une série de concours de grande envergure à l’échelle internationale, les organisateurs avaient comme objectif de renforcer la place de Montréal dans un vaste mouvement planétaire en faveur de la biodiversité. Concrètement, il s’agissait d’actualiser, ou de concevoir, 3 musées : la métamorphose de l’Insectarium, le renouvellement du Biodôme et la construction d’un nouveau pavillon de verre au Jardin botanique. Concours en deux étapes, ils appelaient la création de lieux vivants, évolutifs, perméables et écologiques tout en favorisant l’expérience immersive des visiteurs. Une trentaine d’équipes composées d’architectes, de muséologues et de concepteurs d’espaces immersifs provenant de neuf pays différents ont soumis leurs projets à un jury présidé par l’architecte français Édouard François. Les critères ne manquaient pas d’ambition :

  • Créer une expérience immersive, une émotion qui rétablira le contact avec la nature;
  • Viser un équilibre entre l’expérience de visite et l’architecture;
  • Créer une architecture identitaire, qui parle;
  • Intégrer une approche biophilique;
  • Atteindre une certification LEED Platine;
  • Profiter de l’opportunité pour produire un concept architectural;
  • Développer une architecture qui sera encore efficace dans 25-30 ans;

En un mot, Espace pour la vie invitait à la conception de projets à l’identité forte, capables non seulement d’attirer, mais surtout d’augmenter la clientèle. »

Pour lire la suite de l’éditorial…


Fiches de concours à consulter : 


Pour visiter le site internet du Catalogue des Concours Canadiens de l’Université de Montréal…

Commentaires

Mathieu Barrette

Soulignons la vision et le travail d’Amiot Bergeron, qui agissait comme conseiller professionnel du concours.

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *