Dubaï et Alma, même combat?

 

Je dois avouer avoir sourcillé en juin dernier en apprenant que des gens d’affaires d’Alma, au Québec, désiraient construire un centre de villégiature intérieur de 10 M$ pour attirer des visiteurs dans leur région.

Leur curieux projet serait d’aménager une plage, un restaurant, des jeux d’eau et un site de wake board… sous un dôme géant! On envisage même la construction d’une quarantaine de chambres d’hôtel sous trois formules différentes, dont des troglodytes, ces fameuses maisons qu’a popularisé le Seigneur des Anneaux.

« Les gens pourront aller en motoneige le matin et revenir s’étendre sur la plage en après-midi », pouvait-on lire dans le journal Le Quotidien.

Bref, le concept me semblait un peu kitsch, surtout pour une région ayant tant à offrir, été comme hiver, avec ses magnifiques paysages. Les foules se déplaceront-elles réellement à Alma pour aller s’étendre sur sa plage intérieure? Disons simplement que l’ADN du projet se rapproche davantage des idées folles de la Chine, ou encore, de la richissime ville de Dubaï avec son centre de ski intérieur et ses îles artificielles en forme de palmier.

Eh bien comble du hasard, un magnat de Dubaï a dévoilé, la semaine dernière, sa prochaine folie de grandeur: un quartier entièrement climatisé sous des dômes de verre!

.

DubaÏ - Mall-of-the-world - Temperature-controlled-city_01.

Baptisé le Mall of the World, ce gigantesque site à température contrôlée inclurait un énorme centre commercial, un parc d’attraction, plus de 20 000 chambres d’hôtel, de multiples restaurants et des centres de santé.

Le design du quartier serait fortement inspiré des plus grandes villes du monde, avec une promenade piétonne suivant le modèle de Las Ramblas à Barcelone, un Times Square à la new yorkaise et une zone commerciale basée sur Oxford Street à Londres.

On espère ainsi attirer 180 millions de visiteurs annuellement avec ce Mall of the World.

.

.

Démesuré, n’est-ce pas?

Mais bon, que voulez-vous? C’est Dubaï après tout…

.

Commentaires

Urbabillard

L’idéal serait donc une société sous vide? Sous une cloche de verre climatisée? Quand on connait l’ampleur des défis environnementaux et que l’architecture nous propose une société à 20 degrés en permanence, c’est du confort aveugle. Pour ceux qui ont lu Globalia, on est dedans!

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *