Cyberpresse – "Des bancs d'école aux chantiers: l'industrie veut 6800 diplômés chaque année"

Pour faire suite à l’article paru à la fin avril intitulé « On s’arrache les architectes d’expérience« , voici une autre série d’articles sur le domaine de la construction.

Une remarque: prenez la peine de comparer les deux articles au niveau des salaires moyens – est-ce que vous avez un peu sourcillé comme moi?…

Martin Houle, architecte OAQ
Directeur-fondateur, Kollectif.net

« Des bancs d’école aux chantiers: l’industrie veut 6800 diplômés chaque année

(Montréal) Sauf pour quelques exceptions, les métiers et les occupations de la construction exigent une troisième année du secondaire complète ainsi qu’un diplôme d’un centre de formation professionnelle reconnu.

Durée de ces formations : de 600 heures (20 semaines) à 1800 heures (60 semaines).

Les finissants doivent se présenter à la Commission de la construction du Québec (CCQ) avec en main leur diplôme et une garantie d’emploi d’une durée d’au moins 150 heures d’un employeur enregistré. C’est ce qui leur permet d’obtenir le titre d’apprenti. Ils doivent ensuite cumuler de 2 000 à 10 000 heures d’apprentissage, selon le métier, avant de pouvoir passer l’examen de qualification provinciale.

L’examen réussi, l’apprenti obtient son certificat de compétence-compagnon, qui lui ouvre les portes des chantiers partout au Québec, et ce, dans tous les secteurs de la construction.

Il y a trois ans, l’industrie a estimé qu’elle aurait besoin annuellement de 6800 travailleurs diplômés de 2008 à 2011. «En 2010, environ 6500 jeunes diplômés ont d’ailleurs été embauchés », précise Patricia Carvajal, économiste à la CCQ.

Études professionnelles

Arpentage et topographie, briquetage-maçonnerie, calorifugeage, carrelage, charpenterie-menuiserie, chaudronnerie, conduite d’engins de chantier, conduite de grues, dessin de bâtiment, électricité de construction, ferblanterie-tôlerie, forage et dynamitage, mécanique d’ascenseur, mécanique d’engins de chantier, mécanique de montage de vitres, mécanique de protection contre les incendies, mécanique industrielle de construction et d’entretien, montage d’acier de structure, montage et installation de produits verriers, peinture en bâtiment, plâtrage, plomberie-chauffage, pose d’armature de béton, pose de revêtements de toiture, pose de revêtements souples, pose de systèmes intérieurs, préparation et finition de béton, réfrigération, serrurerie de bâtiment.

Formations collégiales

Technologie de l’architecture, technologie de l’estimation et de l’évaluation en bâtiment, technologie de la mécanique du bâtiment, technologie du génie civil.

Études universitaires

Architecture, génie civil, génie de la construction, génie du bâtiment.

———

L’industrie de la construction regroupe 26 métiers et 30 occupations. Voici un aperçu des professions les moins bien connues.

Boutefeu-foreur: manipule les explosifs et les travaux de forage.
L’industrie en compte 593
Salaire moyen annuel?: 56 565?$
Formation?: Centre de formation professionnelle, à Sherbrooke.

Calorifugeur: isole les systèmes de tuyauterie, calorifères et autres appareils semblables.
L’industrie en compte 861
Salaire moyen annuel?: 55 175?$
Formation?: École des métiers de la construction de Montréal »

Pour lire la suite de l’article…

(Source: Cyberpresse)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *