Conférence – Observatoire SITQ du dévelopement urbain et immobilier – “L'impact de l'Union européenne sur l'immobilier à Bruxelles : entre cliché et sous-estimation”

« Quel est l’impact de la présence des institutions européennes sur le marché immobilier de Bruxelles et de sa périphérie ? Si elle n’est peut-être pas taboue, la question assurément embarrasse. Pointe-t-on une influence trop directe de l’Union sur les prix du logement à Bruxelles, et l’on risque de se voir taxé de populisme (et d’insensibilité à l’apport – certes précieux – de l’Union pour la capitale). Nie-t-on, en sens inverse, toute corrélation, et c’est de déconnexion de la réalité que l’on sera accusé. Certes, en ce qui concerne l’impact direct, cette incidence est à la fois circonscrite sur le plan géographique et cantonnée à un certain segment du bâti. Toutefois, la concentration des agents de l’Union dans les quartiers – aisés – de la capitale et dans les catégories – supérieures – de biens ne va pas sans induire des effets indirects qui se répercutent en cascade sur les autres secteurs, touchés eux aussi. Non satisfaite dans ces zones prospères devenues petit à petit inaccessibles financièrement, la demande se « rabat » sur des périmètres – limitrophes ou non – un peu moins qualifiés qui, à leur tour, voient leurs tarifs s’apprécier, et ainsi de suite. Par ailleurs, les conséquences se situent également au niveau de la gentrification que les Européens provoquent – malgré eux – en investissant certains quartiers centraux dégradés. La question est complexe, on le voit.

Docteur en droit et licencié en philosophie, Nicolas Bernard est professeur aux Facultés universitaires Saint-Louis. Membre du Conseil supérieur du logement de la Région wallonne et expert attaché au Conseil consultatif du logement de la Région bruxelloise, il est également Directeur de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur Bruxelles (IRIB) des Facultés universitaires Saint-Louis. Ses recherches récentes l’ont conduit à travailler les questions du droit de superficie, du droit au logement opposable, de la discrimination dans le secteur du logement, du logement social, du mal-logement féminin, des expulsions, etc. Il est l’auteur de nombreuses publications. »

La conférence aura lieu le mardi 7 avril prochain à 17h, Amphithéâtre Hydro-Québec, local 1120, Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal (2940, chemin de la Côte-Sainte-Catherine).

Pour plus d’information sur l’Observatoire…

(Source: Paul Lewis, Directeur de l’Observatoire, Institut d’urbanisme, Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *