Catalogue des Concours Canadiens – Juin 2010 – "Concours pour l’Expo Osaka 1970: quand l’identité canadienne n’était pas une affaire de cirque" par Izabel Amaral

« L’exposition universelle de Shanghai 2010 nous rappelle que ces grands événements font toujours rêver, au présent comme au passé, mais un retour sur l’Expo Osaka de 1970, objet d’un grand concours canadien, laisse songeur sur certaines dérives actuelles du recours au talent des architectes dans les arts du …cirque. Depuis la moitié du 19ème siècle, les expositions ont pourtant offert des édifices mémorables, qu’il s’agisse des grands halls abritant plusieurs expositions, du Crystal Palace à Londres à la Galerie des Machines à Paris, ou qu’il s’agisse de pavillons nationaux : le pavillon allemand à Barcelone 1929 de Mies van der Rohe, le pavillon américain à Montréal 1967 de Buckminster Fuller, ou le pavillon thématique Philips à Bruxelles en 1958, ce poème électronique de Le Corbusier et Xenakis.

Lorsqu’il s’agit de pavillons nationaux, l’architecture a pour fonction non seulement d’abriter une exposition mais également de représenter un pays dans le contexte international. Un pavillon national est ainsi une sorte d’ambassade temporaire, l’architecture jouant ainsi un rôle de représentant diplomatique du pays à l’étranger. À l’occasion des expositions universelles, les concours d’architecture peuvent être considérés comme un lieu privilégié de discussion sur les valeurs d’une société. Dans un tel contexte, la mission du jury est autant plus difficile que le choix ne relève pas uniquement de questions liées à l’innovation ou à la qualité architecturale mais qu’elle met en jeu des visées sociopolitiques très larges. Dans de tels cas, certes plus rares, le sujet délicat de la représentation de l’image du pays est prédominant. Aujourd’hui, lorsque le Canada se fait représenter à Shanghai par un pavillon signé Cirque du Soleil, reléguant les architectes au digne rôle de consultants techniques, il est peut être temps de revenir sur un épisode historique qui n’a pas dû livrer toutes ses leçons : car le projet lauréat d’Arthur Erickson et Geoffrey Massey fut effectivement une réussite à tous les niveaux.

Le chantier de l’Expo 67 à Montréal était encore en cours, lorsque le gouvernement canadien décida de confirmer sa participation à l’exposition qui devait suivre, prévue à Osaka pour 1970 et première du genre en Asie. Avec le thème « progrès et harmonie pour l’humanité », elle devait révéler au monde l’image d’un Japon développé et avant-gardiste, loin des turpitudes et des séquelles de la seconde guerre mondiale. Quelques uns des pays participants à cette exposition ont organisé des concours nationaux d’architecture afin de choisir leurs pavillons nationaux et ce fut en particulier le cas des États-Unis, de la Finlande, du Brésil et du Canada. »

Pour continuer la lecture de l’article…

Pour consulter les propositions soumises lors du concours…

Le Catalogue des Concours Canadiens (CCC)

Le Catalogue des Concours Canadiens (CCC) est un moteur de recherche conçu sur une initiative du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (École d’architecture de l’Université de Montréal), sous la direction de Jean-Pierre Chupin (Ph.D., architecte MOAQ), afin de rendre public une partie essentielle de sa base de données documentaire.

Le CCC est destiné à l’archivage, à l’analyse et à l’histoire de l’architecture contemporaine. Il repose sur la collaboration des architectes. Veuillez noter que le répertoire chronologique (catalogue complet) est en construction permanente et que les documents de la base de données ne sont pas tous en accès public.

(Source: Jean-Pierre Chupin, Professeur titulaire, Directeur du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (L.e.a.p.), École d’architecture de l’Université de Montréal)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *