Catalogue des Concours Canadiens

Source :
Jean-Pierre Chupin, Ph.D., architecte MOAQ, professeur titulaire à l’École d’architecture de l’Université de Montréal, directeur de la Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture
Photo :
Propositions de G. Burniston & J. Storey (Maritimes) (Lauréat)
 

Canadian Small House Competition (1946) : la première initiative d’après-guerre de la SCHL

Extrait de l’éditorial de Marie-Saskia Monsaingeon :

« Lancé en 1946 par la Société centrale d’hypothèques et de logement (SCHL), le concours d’architecture de maisons encourageait les architectes canadiens à concevoir des habitations individuelles novatrices et abordables. Ce concours d’idées ne reçut pas moins de trois cent trente-et-une propositions. Bien que, comme le souligne le jury, l’élite de la profession architecturale ne fut pas au rendez-vous, trente-sept projets furent retenus à travers le pays. Cette première initiative historique nous replonge dans la dynamique que la SCHL tente de créer au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, afin de répondre aux besoins de logement des Canadiens.

Maintes familles canadiennes cherchaient à s’installer dans des maisons unifamiliales à la fois abordables et bien conçues dans cette période de reprise après guerre. Afin de répondre à cette demande le concours portait ses efforts sur la conception de plans fonctionnels, « sains et novateurs » en adéquation avec les besoins d’une famille de quatre personnes, mobilisant de nouvelles techniques de construction ainsi qu’un budget d’environ 6 000 dollars canadiens : soit environ $77 000 (2015).

En cette rude période de pénurie matérielle, les architectes avaient pour défi de concevoir des espaces domestiques à moindre coût répondant à plusieurs consignes telles que : espace intérieur lumineux, mobilier intégré, et chambres suffisamment vastes afin qu’il soit possible de surveiller les enfants tout en s’adonnant aux tâches domestiques. Les parcelles étudiées étaient définies comme nivelées – plane donc – et pouvant comporter jusqu’à 40 pieds de largeur. Le rapport du jury souligne d’ailleurs que la question de la superficie d’occupation fut considérée comme un aspect fondamental, sachant qu’un bungalow occupe une part importante du terrain tandis qu’une maison de deux étages se révèle plus économe en terme de superficie du toit et du terrain. »

Pour lire la suite de l’éditorial…

Pour consulter la fiche du concours…

Pour visiter le site internet du Catalogue des Concours Canadiens…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire