BLOGUE – Martin Dubois (École d’architecture U. Laval) – "Quand le passé est récent"

« Quand le passé est récent

Lorsqu’on pense au patrimoine bâti ou architectural, ce qui nous vient généralement à l’esprit, ce sont de vieux bâtiments, des structures anciennes en pierre, en brique ou en bois qui témoignent souvent de plusieurs siècles d’histoire. Il est vrai qu’au Québec, ce patrimoine-là a été maintes fois valorisé et glorifié, que ce soit pour des raisons d’affirmation identitaire, d’interprétation historique ou à des fins touristiques. Le Vieux-Québec en est certainement le meilleur exemple avec sa place Royale, berceau de l’Amérique française, ses nombreux musées et ses monuments commémoratifs qui attirent des millions de touristes chaque année. Mais qu’en est-il du patrimoine plus récent issu du 20e siècle? Le patrimoine industriel de nos villes, les quartiers résidentiels d’après-guerre et les immeubles modernes des années 1960 sont-ils trop jeunes pour posséder une valeur patrimoniale? Si on souhaite léguer aux générations futures des immeubles intéressants ou représentatifs de l’architecture des années 1950, 1960, 1970, etc., il faut y voir dès maintenant, car nous en perdons de très beaux chaque année.

Le patrimoine architectural moderne

Je m’intéresse depuis longtemps au patrimoine architectural moderne. C’était le sujet de mon mémoire de maîtrise il y a déjà 20 ans. Si la protection de ce patrimoine en était alors à ses balbutiements, force est de constater que bien peu de progrès ont été faits depuis. Au Québec, l’architecture moderne correspond à ce qui a été construit après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à environ 1975. Si, en Europe, la modernité architecturale est davantage liée à la période de l’entre-deux-guerres, elle s’est développée plus tardivement en Amérique avec l’avènement en force de nouveaux procédés constructifs utilisant le béton et l’acier qui ont favorisé la création de formes architecturales nouvelles qui ne ressemblaient en rien à ce qui avait été construit auparavant. »

Pour lire la suite…

(Source: École d’architecture de l’Université Laval)

(Photo: Pavillon Paul-Comtois, Université Laval, Québec)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *