BILAN – 2e Sommet du Mont-Royal – "La communauté montréalaise doit faire preuve d'audace et de créativité"

Extrait du communiqué de presse:

« 2e Sommet du Mont-Royal – Pour protéger le mont Royal, la communauté montréalaise doit faire preuve d’audace et de créativité

MONTRÉAL, le 10 juin 2013 /CNW Telbec/ – Plus de 175 représentants de la société civile, de diverses institutions et des paliers des gouvernements  municipaux et provinciaux ont participé vendredi dernier au deuxième Sommet du Mont-Royal à Polytechnique Montréal. Si les discussions ont permis d’illustrer l’ampleur du chemin parcouru depuis les dix dernières années en matière de protection de la montagne, les échanges sur chacun des 4 enjeux abordés pendant la journée ont tous convergé vers le même constat : la communauté montréalaise va devoir travailler ensemble et faire preuve de pragmatisme, d’audace et de créativité pour développer des solutions à la hauteur des défis qui l’attendent, particulièrement en ce qui concerne le recyclage des bâtiments institutionnels.

La première des thématiques abordées portait sur les vues, paysages et présence emblématique du mont Royal. La discussion a porté sur la nécessité d’évaluer, dans un premier temps, les outils mis en place et de resserrer, le cas échéant, les critères de protection des vues depuis et vers le mont Royal. Des intervenants ont insisté sur la nécessité de protéger les vues du mont Royal, en portant une attention particulière aux tours qui se construisent en périphérie de l’île et qui changent la signature de Montréal. L’importance est ressortie de tenir compte, en plus  de la protection du patrimoine historique, du patrimoine culturel et identitaire de la montagne et du rôle emblématique majeur qu’elle joue.

Dans la discussion consacrée aux milieux naturels, il a été largement question de « corridors verts », soit des corridors reliant entre eux les espaces verts existants sur le territoire du mont Royal, ainsi que les autres espaces verts de Montréal et, en particulier, les quartiers depuis lesquels la montagne est moins accessible. À part les couloirs verts, la préoccupation qui semblait faire l’unanimité concerne la gestion des milieux naturels sur la montagne, soit la conciliation entre l’accessibilité et la protection. Cette préoccupation se déploie sous de nombreuses formes allant des besoins constants de restauration et d’entretien de ces milieux, aux inquiétudes face au morcèlement anarchique de l’espace par des sentiers illicites ou à la présence incontrôlée d’animaux domestiques. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

Pour plus d’information…

(Source: Les Amis de la montagne)

(Photo: Gracieuseté Communauté métropolitaine de Montréal)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *