kollectif

 
 

ANNONCE – OAQ – "Pont Champlain: Le bon design et la sécurité, dans le respect des budgets"

Ce communiqué de presse a été émis par l’Ordre des architectes du Québec suite aux propos du ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, parus dans l’article de La Presse intitulé « Pont Champlain: la sécurité et le prix avant l’esthétisme »

Extrait du communiqué de presse:

« Pont Champlain : Le bon design et la sécurité, dans le respect des budgets

MONTRÉAL, le 7 févr. 2013 /CNW Telbec/ – En réaction aux récents propos du ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) tient à réaffirmer qu’un concours international d’architecture et d’ingénierie permettrait de faire plancher les meilleures équipes de concepteurs sur tous les aspects – sans exception – du futur pont Champlain. Cela inclut la sécurité, la fonctionnalité, la durabilité dans les conditions climatiques québécoises, ainsi que le design et le respect des budgets et des échéanciers.

« Le design exemplaire auquel aspire la métropole montréalaise pour cette infrastructure n’exclut pas le respect des autres exigences, remarque André Bourassa, président de l’Ordre. On peut faire beaucoup mieux qu’un pont qui ne serait que « pas laid » tout en respectant les budgets. »

Rappelons qu’un concours d’architecture et d’ingénierie se déroule toujours dans le cadre d’une enveloppe budgétaire prédéterminée, quel que soit le projet concerné. Le programme, qui précise notamment les besoins – tant techniques qu’esthétiques -, inclut le budget de construction. Les propositions des équipes candidates sont ensuite évaluées à partir de cet ensemble de critères, dont les coûts, et font l’objet d’une validation par des experts indépendants. Ceux-ci déposent un rapport détaillé auprès du jury qui peut ainsi rendre sa décision en toute connaissance de cause. Le jury a la responsabilité de choisir le concept qui répond le mieux aux besoins énoncés. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

À titre personnel et en tant que directeur-fondateur de Kollectif, j’appuie tout à fait la position de l’OAQ (et de la Ville de Montréal) à cet égard. Il est malheureux que le ministre Lebel rabaisse l’outil qu’est le concours international à une simple question d’esthétisme… On pourrait même se questionner sur sa connaissance de la profession d’architecte (et de designers au sens plus large) puisque la gestion d’échéanciers, de sécurité et de budgets font partie intégrante de notre quotidien!

À ce sujet, je vous suggère de lire attentivement le rapport suivant rédigé par le « Centre for Mega Projects in Transport and Development » du Bartlett School of Planning à Londres pour le Viaduc de Millau. Portez une attention particulière aux pages 25, 26 et 27 qui expliquent l’approche du  concours international et la composition du comité d’évaluation. Fait intéressant, un Canadien faisait parti de ce comité (Monsieur Alain Davenport) et je serais curieux de savoir s’il a été consulté pour le projet du pont Champlain.

Pour consulter le rapport…

Finalement, toujours dans le même rapport, j’attire votre attention aux conclusions de la page 47 qui mentionnent:

« Taking the whole project process into consideration, the success of the Millau Viaduct is manifested in:

•    The planning: from the studies of the initial route to the choice of the project. The design of the Millau Viaduct consists of the original design proposal of the Administration (SETRA) conceived by Michel Virlogeux. However, expert and public scrutiny challenged this initial project leading to the involvement of the British architect Sir Norman Foster and international expertise and competencies. As a result, the project improved over the process.

•    The procurement: the success of the BFOT process relies on sound project governance and treatment of risks. The Millau Viaduct is a case of cooperation and coordination between actors at the different stages of the project. The procurement stage drew greatly upon the previous conception stage led by the Administration.

•    The construction: the Millau Viaduct does not constitute a technological innovation in itself but is characterized by a genuine and innovative application of existing techniques. The decision to build the deck in steel is part of this process and helped in reducing delays, delivering the project on time and providing good safety conditions for workers on site.

Ultimately, the Millau Viaduct represents a good balance between State control and constructive interactions with the concessionaire EIFFAGE.”

Martin Houle, architecte
Directeur-fondateur, Kollectif

Marc-André Carignan, b.arch.,
Chroniqueur en architecture et design urbain
Kollectif (section D'ici et d'ailleurs)

En savoir plus sur Marc-André

Crédit photo: Marose Photo

Commentaires

fabien

« On pourrait même se questionner sur sa connaissance de la profession d’architecte »

D’une manière générale, est-ce que le « grand public » sait ce que fait un architecte? Est-ce que les architectes savent expliquer ce qu’ils font réellement?
Y aurait-il un travail de communication à faire afin d’expliquer ce que fait un architecte dans la vie de tous les jours (autre que de l’esthétique….)?
Question ouverte….

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *