ANNONCE – Musée Pointe-à-Callière – "Découverte majeure sur le site de fouilles du Parlement du Canada-Uni"

Communiqué de presse:

« Découverte majeure sur le site de fouilles du Parlement du Canada-Uni

Montréal, le 26 août 2013 – Pointe-à-Callière vient de faire une découverte majeure sur le site du Marché-Sainte-Anne-et-du-Parlement-du-Canada-Uni, sur la place D’Youville Ouest, dans le Vieux-Montréal, un site historique classé en 2012 par le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Des restes calcinés d’une dizaine de livres provenant du parlement du Canada-Uni ont été trouvés le vendredi 23 et le lundi 26 août 2013 dans le cadre de la campagne de fouilles archéologiques présentement réalisée par Pointe-à-Callière. C’est dans la couche d’incendie qu’ont été trouvés les documents. Une première observation permet de déterminer qu’un de ces livres est en français.

« C’est une découverte majeure qui comporte une charge symbolique incroyable. Nous ne pensions pas retrouver des livres puisque le parlement a été complément détruit par le feu le 25 avril 1849 », explique Louise Pothier, archéologue à Pointe-à-Callière, et responsable du chantier de fouilles.

Un site historique majeur
Le site du Marché-Sainte-Anne-et-du-Parlement-du-Canada-Uni a joué un rôle historique prépondérant pour la métropole alors que Montréal a joué un rôle majeur comme berceau de la démocratie au Canada. Rappelons que le premier parlement permanent de la province du Canada s’est installé à Montréal de 1844 à 1849, dans l’édifice du marché Sainte-Anne. Des lois importantes pour la création du Canada y ont été votées, dont celle établissant le gouvernement responsable en 1848. En 1849, une émeute déclenchée par la sanction royale accordée à la Loi pour l’indemnisation des victimes des Rébellions de 1837-1838 se traduit par l’incendie du parlement, qui sera une perte totale. Le parlement sera déménagé par la suite en alternance entre Toronto et Québec, puis s’installera à Ottawa en 1857.

Conservation et traitement
Les livres découverts seront rapidement envoyés à l’Institut de canadien de conservation ou au Centre de conservation du Québec, afin d’évaluer les possibilités de restauration dans le but de conserver et mettre en valeur ces documents historiques. Il faut dire que le soir de l’incendie, le feu consume les deux bibliothèques parlementaires. Plus de 24 000 documents publics du Haut-Canada et du Canada-Uni, dont certains remontant à l’époque de la Nouvelle-France, sont réduits en cendres.

Cette campagne de fouilles, qui se déroule depuis juillet et jusqu’en septembre 2013, poursuit le travail amorcé en 2011 alors que les recherches ont permis de mettre au jour les fondations de pierre du monumental bâtiment (100 m X 20 m), en plus d’une section de l’égout collecteur William construit sur la rivière Saint-Pierre canalisée à la même époque que la construction du marché Sainte-Anne. Les fouilles archéologiques sont effectuées par les archéologues de la firme Ethnoscop et le chantier est supervisé par la firme Pomerleau et Quartier International de Montréal (QIM). Cette année, le projet est rendu possible grâce à la contribution financière du ministère de la Culture et des Communications du Québec, avec la collaboration de la Ville de Montréal.

Vers la Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal
La mise en valeur du marché Sainte-Anne devenu le parlement de la province du Canada et des objets qui y ont été retrouvés est une des composantes du grand projet de Pointe-à-Callière : la création de la Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal déclinée en une dizaine de lieux. Outre la mise en valeur des vestiges de ce site, le projet comprend aussi la préservation et la mise en valeur des vestiges du fort de Ville-Marie et du Château de Callière, et l’aménagement d’une salle d’expositions internationales, tous reliés en souterrain par le fameux égout collecteur William, sur une distance de 400 mètres. Le rendez-vous avec ce legs patrimonial unique au monde est prévu en 2017 à l’occasion du 25e anniversaire du Musée, du 375e anniversaire de la fondation de Montréal et du 150e anniversaire de la Confédération. La préservation et la mise en valeur de ces lieux constituent un geste de mémoire que Pointe-à-Callière entend poser pour rendre accessible ce patrimoine exceptionnel à la population actuelle et aux générations futures. Les détails de l’ensemble du projet d’expansion sont disponibles sur le site Internet du Musée.

– 30 –

Information pour les médias

Pour toute demande d’information supplémentaire ou pour accéder au matériel photographique, communiquez avec :

Catherine Roberge
Responsable des communications
514 872-7858
croberge@pacmusee.qc.ca »

Pour consulter l’original du communiqué de presse…

(Source: Catherine Roberge, Responsable des communications, Musée Pointe-à-Callières)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *