Annonce – Musée des beaux-arts de Montréal – "Une demande de dérogation en conflit avec le future pavillon d'art québécois et canadien"

« Montréal, le 27 janvier 2011 – Le 8 novembre dernier, les conseillers de l’arrondissement Ville‐Marie ont adopté à la majorité une résolution autorisant une dérogation au zonage du site de la maison Redpath, située au 3455‐3457, avenue du Musée, permettant ainsi à un promoteur immobilier de construire une tour de 25 mètres de hauteur, ce qui est non conforme à la règlementation municipale en vigueur qui ne permet de construire qu’à une hauteur maximale de 16 mètres.

Depuis  quelques  semaines,  ce  dossier  préoccupe  grandement  les  membres  du  conseil d’administration  du  Musée  des  beaux‐arts  de  Montréal  (MBAM).  Compte  tenu  de  l’importance  capitale  que  revêt  ce  projet  pour  le  Musée  et  son  quartier  historique,  les  membres  du  conseil  d’administration  du  MBAM  n’ont  eu  d’autre  choix  que  d’adopter  mardi  soir  dernier,  à  l’unanimité,  une  résolution  demandant  aux  élus  de  l’arrondissement  Ville‐Marie  de  mettre  fin  au  processus  d’adoption  du  projet  de  règlement qui  autoriserait  la  construction  d’une  tour  de  25  mètres  de  auteur  située  sur  le  site  de  la  maison  Redpath  (située  au  3455‐3457  avenue  du  Musée),  et  d’exiger  du  promoteur  concerné  le  respect  des  normes  d’urbanisme  en  vigueur,  soit  de  construire  à  une  hauteur  maximale  de  16  mètres.  De  plus,  le  conseil  du  MBAM  a  demandé  que  tout  développement  immobilier  dans  ce  secteur  ait  l’obligation  de  respecter  les  normes  d’urbanisme  en  vigueur.

L’automne prochain, le MBAM inaugurera un nouveau pavillon d’art québécois et canadien, le pavillon Claire et Marc Bourgie, et une nouvelle salle de concert de 450 places aménagée dans l’ancienne église Erskine and American que le Musée a acquise pou sauvegarder un bâtiment désigné lieu historique national.

L’architecture  de  ce  nouveau  pavillon  a  été  définie  en  fonction  d’une  ascension  vers  la  lumière,  les  ouvertures  dévoilant  de  plus  en  plus  le  paysage  urbain,  le  dernier  étage  s’ouvrant  par  une  grande  verrière  sur  le  Mont‐Royal,  joyau  de  notre  ville.  L’implantation  d’un  immeuble  d’une  hauteur  dépassant  les  16  mètres  –  et  le  précédent  étant  créé,  potentiellement  par  la  suite  l’implantation  de  multiples  autres  immeubles  dépassant  cette  hauteur  nuisible  –  détruirait  ce  design  architectural  puisque  la  perspective  et  la  vue  sur  la  montagne  en  seraient  occultées.  Ce  concept  a  bien  sûr  été  choisi  précisément  parce  qu’il  était  impensable  qu’une  telle  dérogation  puisse  être  accordée. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

Pour plus d’information sur le projet d’agrandissement…

(Source: Catherine Guex, Attachée de presse, Musée des beaux-arts de Montréal et Sylvie Turcotte, Directrice des communications, Provencher Roy + Associés architectes)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire