Annonce – "L'UQAM honore André Corboz et Pierre Fortin"

« Collation des grades de l’École des sciences de la gestion

André Corboz reçoit un doctorat honoris causa
Pierre Fortin est nommé professeur émérite

Montréal, le 15 octobre 2009 – Dans le cadre de la cérémonie de collation des grades de l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM), qui aura lieu le 18 octobre, l’UQAM rendra hommage à l’historien de l’architecture et de l’urbanisme, André Corboz, en lui attribuant le titre de docteur honoris causa. Par ce geste, l’Université reconnaît l’importante contribution internationale de M. Corboz dans le domaine des études et du patrimoine urbains.

De plus, l’UQAM souhaite profiter de l’occasion pour conférer le titre de professeur émérite à Pierre Fortin, du Département des sciences économiques. Cette distinction honorifique vise à exprimer la gratitude de l’Université envers M. Fortin dont les réalisations en matière d’enseignement, de recherche et de services à la collectivité ont contribué de façon tout à fait significative à son rayonnement grâce à la reconnaissance extérieure exceptionnelle à laquelle ses réalisations scientifiques ont donné lieu.

André Corboz

Poète, juriste de formation, chercheur érudit, homme de terrain, photographe, bibliophile passionné et amateur de musique, André Corboz a eu un parcours académique des plus singuliers. Mise à part sa licence en droit obtenue à l’Université de Genève, ce qu’il appelle lui-même sa «non-formation», dans des matières qu’il a ensuite enseignées lui a permis d’appréhender l’architecture, le patrimoine, l’histoire de l’art, l’aménagement et les études urbaines avec un esprit neuf, libre de préjugés.

Il a obtenu un doctorat d’État ès lettres et sciences humaines-sociologie de l’Université Grenoble II, à l’âge de 53 ans, après un travail de recherche gigantesque sur le peintre Canaletto. Le manuscrit de 1 000 pages, rédigé en quelques mois, est paru sous le titre Canaletto. Una Venezia immaginaria, en 1985, à Milan.

Mais avant de s’intéresser au tissu urbain vénitien, à la grille territoriale américaine ou à l’hyperville postmoderne, il a rédigé un autre manuscrit d’un millier de pages sur une petite localité voisine de Genève, Carouge. Ce premier travail de recherche aux archives de Turin, intitulé Invention de Carouge 1772-1792, et rédigé en dix mois, a été publié à Lausanne, en 1968.

C’est à la même époque, alors qu’il était secrétaire de l’Université de Genève, rédacteur pour différents journaux suisses et chercheur dilettante, qu’il est invité à enseigner l’histoire de l’architecture à Montréal. Néophyte comme historien, néophyte comme enseignant et n’ayant jamais mis les pieds en Amérique du Nord, il a accepté néanmoins la proposition et a séjourné au Québec de 1967 à 1980. Avant d’obtenir sa titularisation comme professeur à l’Université de Montréal, il a enseigné à l’Université Laval. De retour en Europe, il a accepté la Chaire d’histoire de l’urbanisme à l’École polytechnique fédérale de Zurich, en 1980, et y sera nommé professeur émérite.

En 2003, il a reçu la médaille d’argent de l’histoire de l’art de l’Académie d’architecture de Paris et un doctorat honorifique de son alma mater, l’Université de Genève.

Pierre Fortin

Après avoir complété son doctorat en sciences économiques à l’Université de Californie à Berkeley, Pierre Fortin a été successivement professeur à l’Université de Montréal, à l’Université Laval et à l’UQAM (ESG). Il a marqué la société québécoise par son intervention constante dans le débat public.

Président de multiples sociétés scientifiques, observateur assidu des politiques monétaires, sociales et économiques, Pierre Fortin a publié une dizaine de livres et environ 200 articles scientifiques au Canada et à l’étranger. Ses recherches ont principalement porté sur les fluctuations et la croissance économiques, les politiques monétaires, les finances publiques, l’économie du travail, les politiques sociales et l’économie canadienne et québécoise. Il est membre de la Société royale du Canada depuis 1991. En 1995, il a été désigné «l’économiste québécois s’étant le plus illustré au cours de la dernière décennie» par l’Association des économistes québécois. En 1997, il a obtenu le Prix Purvis, attribué à « l’auteur du meilleur livre ou article dans le domaine de la politique économique au Canada ». Le Réseau ESG UQAM a reconnu son «excellence en enseignement, en recherche et en service à la collectivité» en lui décernant son Prix Performance 2002. Chroniqueur économique au magazine L’actualité depuis 1999, M. Fortin figure parmi les lauréats de la 11e édition du Concours des Grands Prix 2009 de Magazines du Québec de l’Association québécoise des éditeurs de magazines.

Son dévouement auprès des étudiants, ses réalisations et son implication personnelle dans la vie sociale et économique du Québec méritent toute notre considération. »

Pour plus d’information sur l’École des sciences de la gestion de l’UQAM…

(Source: Jenny Desrochers, conseillère en relations de presse, UQAM. Photo: Pierre Corboz. Crédit photo: Claire Cuti.)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *