Kollectif + Ville de Québec

Source :
Émilie Vézina-Doré | Ville de Québec
 

Série « Suivez le guide! » | Billets de blogue historiques en complément des capsules vidéos

Vous avez adoré nos capsules « Suivez le guide! » qui portait sur le patrimoine moderne et ancien de différents quartiers de Québec? Voici un superbe complément d’information sur l’histoire de ce secteur.


20200214-slgMAISONS KINSMEN : Une maison de rêve pour une bonne cause

« Le Club Kinsmen de Québec, actif de 1944 à 2009, a été grandement impliqué dans la région. Ses diverses activités de bienfaisances permettaient d’aider financièrement des organismes humanitaires et des individus dans le besoin.

En 1946, le Club organise pour la première fois le tirage d’une maison, la Maison de la Victoire, aujourd’hui située dans le quartier Sillery. Jamais auparavant un tirage au sort n’avait suscité autant d’intérêt à Québec. »

Pour lire la suite…


20200221-qc-2QUARTIER MONTCALM : Le charme britannique du quartier

« Le long des avenues des Érables et du Parc du quartier de Montcalm, les ornements et les détails architecturaux valent le détour : jeux de briques, escaliers de fer ou de bois ouvragé, toitures élaborées, tourelles ou fenêtres arquées. L’influence britannique est indéniable dans l’aménagement et l’architecture de ces deux belles avenues ouvertes au tournant du 20e siècle pour la bourgeoisie de Québec, alors en grande partie anglophone.

Des terrasses anglaises à travers champs

En 1874, on annonce que le tramway hippomobile de Québec aura son terminus aux limites de la ville, près de l’avenue De Salaberry. L’occasion est belle d’amorcer le développement de la banlieue qui vient d’accéder au rang de municipalité sous l’appellation de Notre-Dame-de-Québec-banlieue. L’homme d’affaires Léonard-Irénée Boivin propose alors un plan de lotissement moderne et ambitieux entre les actuelles avenues De Salaberry et De Bourlamaque, qui donnera notamment naissance à l’avenue Cartier. Dans la foulée, John Henry Ross Burroughs entreprend aussi de lotir sa propriété. Elle est située plus à l’ouest, au-delà de l’avenue De Bourlamaque, entre les chemins Saint-Louis et Sainte-Foy. »

Pour lire la suite…


20200228-guideQUARTIER LIMOILOU : Du passé agricole à l’ère Hedleyville

« Au début du 19e siècle, le territoire situé au nord de la rivière Saint-Charles est dédié à l’agriculture. On y accède par le pont Dorchester, à partir du quartier Saint-Roch, où convergent les chemins menant à Beauport et Charlesbourg, soit le chemin de la Canardière et la 1re Avenue qu’on connaît aujourd’hui.

L’activité maritime qui se développe aux abords de la rivière Saint-Charles attire bon nombre de charpentiers, menuisiers, cordiers et voiliers à venir s’établir dans le secteur. Cet afflux de travailleurs donnera naissance à la modeste agglomération d’Hedleyville, qui compte une cinquantaine de maisons dans les années 1860. Les Augustines cèdent un terrain pour y construire l’école Saint-Charles-de-Hedleyville, aujourd’hui classée immeuble patrimonial. »

Pour lire la suite…


20200306-guideQUARTIER SILLERY : 1928-1940 : Édouard Fiset, les débuts d’une figure marquante

« Édouard Fiset (1910-1994) est natif de la ville de Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent. Dès l’âge de 18 ans, il entreprend sa formation en architecture à l’École des beaux-arts de Québec, puis complète son apprentissage à l’École des beaux-arts de Paris où il obtient un diplôme en 1940. Il sera par la suite fait prisonnier sous le régime de Vichy jusqu’en 1944.

À sa libération, il travaille pour le ministère français de la Reconstruction et de l’Urbanisme et prend part à la reconstruction de la ville de Caen. Comme plusieurs architectes de sa génération, il admire de l’œuvre de l’architecte suisse Le Corbusier.

Dès son retour au Canada en 1945, Édouard Fiset obtient un mandat de taille : travailler à la préparation du plan directeur de la capitale nationale à Ottawa avec Jacques Gréber, un projet qui durera 5 ans. C’est d’ailleurs avec ce même partenaire qu’il transformera Parc-Falaise, un projet résidentiel d’avant-garde initié par l’homme d’affaires Eugène Chalifour en une cité-jardin. »

Pour lire la suite…


Pour visiter le site internet de la Ville de Québec…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *