Source :
Jean-Pierre Chupin, Ph.D., architecte MOAQ, professeur titulaire à l’École d’architecture de l’Université de Montréal, directeur de la Chaire de recherche sur les concours et les pratiques contemporaines en architecture
Photo :
Perspective de la place publique du centre civique de Chomedey par Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Sise, équipe lauréate
 

ÉDITORIAL [Alessandra Mariani] | Laval, ville projetée – Le concours du centre civique de Chomedey (1961-1965)

Extrait de l’éditorial d’Alessandra Mariani, publié le 9 mai 2016 :

« Le concours du centre civique de Chomedey, lancé le 22 août 1961 – quatre mois après la fusion des municipalités Saint-Martin, L’Abord-à-Plouffe et Renaud de l’île Jésus – annonce la création de Ville de Laval. Il a comme motif de désigner un architecte qui sache exprimer dans la forme et le programme d’un complexe civique, les ambitions sociales d’un territoire cherchant à s’affranchir d’un système municipal ancré dans les traditions de la société agraire. Ce concours est, pour le gouvernement des Affaires municipales du Québec, une première occasion de matérialiser symboliquement le mouvement de fusion territoriale et de restructuration socio-économique inscrites dans le processus accéléré d’industrialisation et d’urbanisation de la Révolution tranquille.

Le concours
Organisé par l’architecte Jean Ouellet, le concours s’est tenu dans un délai très court (du 7 septembre au 11 octobre 1961): cinq semaines séparent le début des inscriptions de la remise des projets. Ouvert aux architectes exerçant dans un rayon de 40 kilomètres de l’île Jésus, il trouve écho auprès de 63 concurrents parmi lesquels figurent les agences Papineau Gérin-Lajoie Leblanc, John B. & John C. Parkin et Jacques Folch-Ribas, mais aussi celles de Labelle, Labelle & Marchand, André Blouin, Roger d’Astous, et Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold et Sise qui se démarquent du lot. Les plans du concours du projet et celles de sa réalisation sont conservés au Centre Canadien d’Architecture de Montréal, mais il ne subsiste que peu de traces des propositions des autres concurrents. Celles du second prix sont conservées à Bibliothèque et archives Nationales du Québec, tandis que deux publications exposent succinctement les faits de cette compétition et livrent quelques informations sur le troisième prix. L’essentiel de la documentation se trouve sous forme de micro fichiers aux archives de Ville de Laval.

Le programme
La consultation du programme du concours révèle que le centre civique doit regrouper toutes les activités administratives sociales et culturelles de la cité, et prévoir un espace pour les rassemblements publics, les services culturels (bibliothèque, centre d’arts, théâtre) et les services gouvernementaux (la poste, les unités sanitaires). Les propositions doivent anticiper des locaux pour la commission scolaire et la cour municipale, adjacente à la station de police et à la caserne d’incendie, sans pour autant y être fusionnée. Les projets doivent d’envisager l’avenir de l’île Jésus dans son ensemble en tenant compte des éventuelles greffes de municipalités supplémentaires. Chomedey y est décrite comme une cité naissante qui se projette à la manière d’une sous-métropole grâce à l’activité industrielle et des services. Sa population, estimée à tripler en quinze ans, nécessite des zones résidentielles prévues à ces fins, et ses zones de développement scientifique, technologique et industriel doivent correspondre à l’augmentation de l’établissement de nouveaux sièges sociaux. Les propositions doivent tenir compte du fait que le centre civique devra éventuellement concourir à la structuration d’un cœur de cité constitué d’un centre d’affaires, de marchés et de grands commerces, d’édifices à bureaux, d’institutions culturelles, et de centres d’éducation supérieure et technique. Ainsi, le concours de 1961 ne vise pas l’achèvement d’une solution devant être exécutée intégralement, mais l’établissement d’un point de départ pour le projet de centre civique. Il s’agit pour les concurrents, de produire une étude et de présenter leurs résultats sous la forme d’esquisses (plans de masse, d’ensemble et d’aménagement ; une coupe du bâtiment principal et deux élévations ; perspective intérieure) accompagnées d’un programme et d’un calendrier de réalisation. L’hôtel de ville est l’enjeu principal du projet et sa mise en chantier doit se faire peu après l’annonce des résultats. Son aménagement doit être souple et prévoir des étapes simples d’agrandissement. Il doit réunir les services du paiement des taxes, de la consultation du maire et des échevins, d’obtention de permis, de consultation documentaire. L’enveloppe budgétaire annoncée pour la construction de ce premier édifice est de 500 000 $. »

Pour lire la suite de l’éditorial…

Pour consulter la fiche de concours du centre civique de Chomedey…

Pour visiter le site internet du Catalogue des Concours Canadiens…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *