Marc-André Carignan

 
 

Une culture piétonne, ça presse!

Enfin! Enfin un organisme entièrement dédié à la valorisation de la marche comme mode de déplacement urbain.

Baptisé Piétons Québec, ce nouveau regroupement s’engage à devenir le porte-parole du piéton, souvent négligé dans divers dossiers, en voulant faire évoluer les lois, les normes et les pratiques pour sécuriser son quotidien.

Quel pouvoir de lobbying l’organisme aura-t-il sur nos élus? Sur l’aménagement des chantiers de construction? Sur les politiques d’aménagement urbain? Seul le temps nous le dira.

Chose certaine, leur présence ne nuira certainement pas. Le Québec est une des provinces les plus délinquantes en matière de respect du piéton. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable.

Combien de fois croisez-vous des automobilistes faisant complètement abstraction des piétons, même si ces derniers tentent de traverser la rue en toute légalité sur un passage jaune moutarde?

 

Photo: Ville de Thetford Mines

Photo: Ville de Thetford Mines

 

Le journaliste Steve Caron, du Flambeau Mercier-Anjou, a d’ailleurs récemment fait le test sur la rue Ontario, à Montréal. Sur 60 automobilistes qui auraient dû s’immobiliser à l’approche de la traverse [sous peine de contravention, doit-on le rappeler], 47 ont choisi de ne pas le faire. Certains piétons se sont même fait injurier et klaxonner par les automobilistes, imaginez! On est loin de l’Île-du-Prince-Édouard, par exemple, où les voitures s’arrêtent à 50 mètres de la traverse avant même que le piéton ait mis un pied sur la rue.

Espérons donc que Piétons Québec puisse contribuer activement au développement d’une culture piétonne en province, non seulement pour sécuriser nos déplacements, mais également pour des raisons de santé.

Selon une enquête Origine-Destination du ministère des Transports du Québec (MTQ), 41% des adultes n’utilisent JAMAIS la marche comme mode de déplacement. C’est presque qu’un adulte sur deux! Chez les enfants, seulement 30% se rendent à l’école à pied, contre 80% en 1971.

Mine de rien, c’est une tendance lourde qui génère de fâcheuses conséquences sur notre société: obésité, maladies cardiovasculaires, accroissement des voitures sur le réseau routier, réduction de la qualité de l’air…

Sans compter que cette problématique entretient un cercle vicieux. Moins on marche, moins on pense aux piétons. Moins on pense aux piétons, moins les infrastructures sont adaptées à leur réalité. Moins les infrastructures sont adaptées, moins les gens développent le goût marcher.

Il est temps de briser ce cercle.

Marc-André Carignan, b.arch.,
Chroniqueur en architecture et design urbain
Kollectif (section D'ici et d'ailleurs)

En savoir plus sur Marc-André

Crédit photo: Marose Photo

Commentaires

andrea fraga

Je suis effarée du manque de discipline dans la conduite ici, autant des véhicules motorisés que des cyclistes…. On dirait que le code de la route n’existe pas pour la grande majorité des conducteurs ! Tourner à gauche reste un véritable drame, avec des conducteurs qui font des entrées dans des rues à l’instant même où des piétons sont en pleine traversée, c’est inacceptable. Sans oublier les cyclistes qui roulent dans le sense contraire au traffic ou qui ne respectent pas les feux.. Je m’étonne qu’il n’y ait pas encore plus d’accidents graves. Très grande insécurité routière au Quebec, malheureusement…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *