JUILLET 2018
Projet du mois

Photos :
Maxime Brouillet

Chalet Paramount par la SHED Architecture

Pourquoi avoir sélectionné ce projet à titre de vitrine pour Kollectif ?

Comment ne pas tomber sous le charme de ce projet? Un peu comme leur projet du « Chalet de la plage » qui réinterprétait la notion du « chalet traditionnel », le projet « Paramount » de La SHED est une évolution typologique d’une architecture profondément ancrée dans la mémoire collective des québécois. De l’extérieur, ce projet réussit à équilibrer de manière harmonieuse et juste un jeu de matériaux et de volumétries dans un ensemble aussi restreint qu’un chalet. De l’intérieur, que ce soit au niveau des pièces de vie ou des chambres dans les combles, les vues imprenables sur le paysage environnant sont époustouflantes: bien que les photos soient en été, on peut facilement s’imaginer les types de tableaux extérieurs offerts par ces vues en automne ou en hiver!

En somme, ce projet très mature défini parfaitement l’esprit de « chalet »: atmosphère conviviale, vues contemplatives, ambiance chaleureuse, bref, nous avons envie d’y être et surtout, d’y rester!


Description du projet :

Situé sur le cap rocheux d’un mont dans les Cantons-de-l’Est, le Chalet Paramount constitue une réinterprétation contemporaine du chalet alpin traditionnel. Le projet propose à ses usagers des espaces lumineux, ouverts et confortables où les formes vernaculaires et des détails inspirés de techniques artisanales judicieusement dosés sont intégrés à une conception architecturale résolument contemporaine.

L’une des principales contraintes du projet était le relief inégal du site. Le terrain en pente a obligé un travail rigoureux de mise en relation des niveaux des trois éléments principaux reposant chacun sur une solide fondation en béton : le chalet, plus haut au centre, le garage sur le côté et la piscine en contrebas. En revanche, la vue vers le sud et l’ouest, en direction des Appalaches, est époustouflante en toute saison, et spécialement en hiver, dans cette région qui reçoit beaucoup de neige.

Le chalet s’intègre dans un environnement montagneux et boisé en reprenant l’architecture typique des chalets alpins avec des toits en pente et l’utilisation généreuse du bois. En arrivant sur le site par le côté nord, la forme traditionnelle de la construction avec ses petites ouvertures et sa toiture en tôle ondulée incarne le chalet traditionnel, une image très forte dans l’imaginaire collectif québécois. Alors que l’on découvre les faces dirigées vers le sud et l’ouest, les immenses ouvertures, l’assemblage élégant de matériaux modestes et les détails épurés confèrent un esprit contemporain à l’ensemble. De loin, on le confond avec un chalet traditionnel; de près, les détails architecturaux raffinés trahissent l’aspect traditionnel de l’ensemble.

Le volume simple et franc du garage, légèrement en contrebas par rapport au chalet, se pare de clins en cèdre et d’une toiture sans débords en tôle ondulée galvanisée. Cette ligne épurée donne de l’ampleur à la silhouette voisine du chalet qui emprunte un langage plus élaboré s’inspirant des techniques de construction artisanales pour la toiture. L’interstice entre les volumes du garage et du chalet donne lieu à une percée visuelle impressionnante annonçant l’expérience intérieure, mais c’est aussi un seuil important qui qualifie clairement l’entrée, articule différents niveaux et connecte efficacement les deux espaces. Ce dispositif protège des intempéries et abrite un dépôt de bois de chauffage. La base de béton se poursuit entre les deux volumes tandis qu’une surface en bois parait se déployer depuis la paroi du garage pour créer les marches d’entrée du chalet. Un pan de revêtement noir semble s’être simplement ouvert pour devenir la marquise.

La commande consistait principalement à concevoir un refuge sans prétention, paisible, en pleine nature, pour une famille de trois qui souhaitait pouvoir recevoir confortablement famille et amis. Le programme du chalet est donc distribué sur trois étages bien distincts. Alors que les deux chambres principales se situent dans les combles et que les trois chambres d’invités occupent le sous-sol, bien ancrées dans le roc, les occupants se retrouvent dans l’espace commun très ouvert du rez-de-chaussée comprenant un salon, une cuisine, une salle à manger et une grande galerie en loggia donnant sur la vue et la piscine.

Afin de pouvoir installer une piscine sur ce terrain très pentu, il a été convenu de faire une piscine creusée « hors terre ». Un bloc de béton surélevé a été coulé à même le sol rocheux, à l’intérieur duquel se trouve le bassin. La terrasse en bois est clôturée sur les côtés plus accessibles alors qu’un simple banc en gros bois d’œuvre se trouve sur les côtés plus hauts, vers le bas de la pente. Ce mobilier intégré réduit la présence de la clôture pour mieux profiter de la vue tout en augmentant les possibilités d’utilisation de cette limite néanmoins nécessaire.

Le chalet est équipé d’un hall d’entrée spacieux équipé d’une grille gratte-pied pour la neige, jumelé à un grand vestiaire fermé, très pratique pour accueillir les groupes qui rentrent d’une activité extérieure. Les murs en planches de pin teint blanc qui recouvrent le volume du vestiaire et la circulation verticale participent à l’aspect chaleureux et contrastent avec l’enveloppe noire du chalet.

Les planchers en pin et la texture très nouée de cette essence de bois sont un exemple du choix de matériaux qui ont permis de donner son caractère rustique au projet. Un équilibre entre rusticité et modernité est constamment en œuvre. Par exemple, les marches en pin massif de l’escalier flottent entre les deux parois blanches en planches texturées. Un système d’ancrage complètement caché dans l’épaisseur de la marche permet une absence de contremarches et une infiltration de lumière naturelle dans cet espace étroit.

La cuisine, conçue comme un atelier avec de grandes surfaces de travail, est complètement ouverte sur la salle à manger qui elle-même s’ouvre sur la grande galerie couverte, un espace évidé à même le volume du chalet. Le plafond et le plancher qui s’y prolongent depuis l’espace intérieur et les ouvertures pleine hauteur sur son pourtour accentuent la forte relation entre l’intérieur confortable et protégé et l’extérieur qui se projette dans l’environnement montagneux.

Le salon est traité différemment avec son plancher en béton, légèrement en contrebas, rappelant la topographie du site et délimitant subtilement l’espace. Les deux marches profondes pour accéder au salon poursuivent le plancher en bois et font office de mobilier intégré pour y poser des objets ou s’y asseoir au besoin. Cet espace est équipé d’une grande fenêtre centrale agissant comme un cadrage contemplatif sur les sommets au loin.

Alors que les très grandes ouvertures à l’arrière ont un cadre noir très contemporain, les plus petites ouvertures des côtés nord et est sont serties de châssis en bois naturel, tout comme la charpente du toit qui soutient la fine surface en tôle ondulée. Ce type de détails, faisant appel à des méthodes de construction traditionnelles, participe encore une fois à l’aspect bucolique de l’ensemble, tout comme la partie en mezzanine au-dessus du salon. La structure apparente en bois se veut une sorte de galerie sur l’espace commun qui permet de créer le toit cathédral, décloisonner l’espace verticalement et donner de l’amplitude à cette pièce de contemplation et de rassemblement.

Dans les combles, la partie fermée de la suite familiale offre un havre de paix et d’intimité à la petite famille lorsque plusieurs invités habitent temporairement le chalet. Dans les chambres, l’ouverture complète du coin sud-ouest au rez-de-chaussée se poursuit jusqu’à la toiture pour une vue privée encore plus saisissante. La salle de bain est quant à elle perceptible de l’extérieur par une lucarne franche en cèdre créant un lien avec le garage. Ce geste était nécessaire pour intégrer une salle de bain spacieuse dans les combles et le traitement de son enveloppe a permis du même coup d’actualiser de façon élégante la silhouette traditionnelle du chalet. La surface ouverte en mezzanine permet d’aménager un espace bureau. Encore une fois, sous les chevrons apparents, les espaces stratégiquement ouverts sur la nature environnante font preuve d’un dialogue fort entre tradition et modernité.

Malgré leur localisation en sous-sol, les chambres d’invités sont inondées de lumière par les grandes ouvertures dans le mur de fondation qui se dévoile vers l’arrière de la maison étant donné la forte inclinaison du terrain. De manière générale, le niveau d’ouverture important du côté sud-ouest sur tous les niveaux permet un apport de lumière naturelle hautement profitable dans les espaces de vie. En contrepartie, le prolongement de la fine toiture en tôle supportée par les chevrons ne sert pas qu’à accentuer esthétiquement l’aspect traditionnel du bâtiment, c’est aussi un moyen de réduire la surchauffe solaire l’été et protéger les façades des intempéries, surtout hivernales.

Le chalet est entièrement construit avec des matériaux durables et locaux, ce qui lui assure sa pérennité tout en renforçant son caractère vernaculaire. La parfaite balance entre le brut et le raffiné dans la matérialité apporte toute la texture nécessaire pour créer une ambiance confortable et enveloppante dans cette réalisation contemporaine d’une architecture traditionnelle. Malgré sa topographie fortement pentue, le site offre un contact exceptionnel avec le paysage naturel. L’implantation fragmentée en différents niveaux des trois éléments principaux – le chalet, le garage et la piscine – permet une infiltration de l’environnement naturel et participe à diminuer l’impact de la construction sur le milieu tout en s’intégrant judicieusement au contexte bâti local.


Fiche technique :

  • Titre officiel du projet : Chalet Paramount
  • Localisation : Cantons-de-l’Est, Québec
  • Client : Particulier
  • Architecte : La SHED architecture
  • Ingénieur en structure : Géniex
  • Date de fin de projet : Mars 2017
  • Superficie : 269 m2
  • Crédit photo : Maxime Brouillet

Description de la firme :

La SHED a développé une grande expertise dans la rénovation, la transformation et la construction d’immeubles de tout genre et de toute époque. Ouverture, lumière et alignement sont à la base des projets conçus par le studio. Les réalisations se démarquent par des aménagements fonctionnels et résolument contemporains et par l’utilisation de matériaux durables, abordables et classiques. L’importance accordée aux détails de finition et la qualité des projets sont, entre autres, le résultat d’un suivi serré durant tout le processus d’élaboration du projet, jusqu’à la toute fin des travaux. Le réaménagement d’espaces exigus et l’utilisation optimale de l’espace sont des contraintes avec lesquelles la SHED a l’habitude de travailler, réussissant avec brio à concevoir des espaces de vie séduisants et bien pensés.

Formée de trois jeunes architectes associés et cofondateurs, Sébastien Parent, Yannick Laurin et Renée Mailhot, la SHED est née d’une passion commune de l’architecture, du design et de Montréal. Le studio se veut à l’image d’une nouvelle relation à l’architecture, une relation où faire appel à un architecte ne serait pas plus étrange que de faire appel à un comptable. Une relation où concevoir un lieu de vie à son image ne relèverait ni du luxe, ni de l’utopie.

C’est d’ailleurs dans cet objectif d’accessibilité que la firme a choisi de s’installer dans une boutique ayant pignon sur rue. L’atelier de travail, visible de la rue, est configuré de manière à optimiser le travail d’équipe, une force essentielle contribuant à stimuler la créativité. Et si la synergie de l’équipe se sent dans la ligne directrice des projets, elle se sent aussi dans la conviction que l’architecture peut se faire différemment en développant une véritable complicité avec les particuliers qui choisissent de voir leur cadre de vie inventé, ou réinventé.

Couronnée d’un succès d’estime dès ses premiers projets, la SHED a depuis été mise en lumière par nombre de revues spécialisées et prix de design. D’ailleurs, la firme s’est vue remettre le Prix du cabinet d’architectes de la relève 2016 par l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC), et a remporté un Prix d’excellence en architecture de l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) en 2015 et en 2017.

Pour plus de photos à propos du projet…

Pour visiter le site internet la SHED Architecture…


Pour visiter les « Projets du mois » précédents publiés sur Kollectif

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *