Mémoire – Fondation CLU – "L'avenir du Parc olympique"

Extrait du mémoire:

« L’AVENIR DU PARC OLYMPIQUE

Mémoire présenté par la Fondation CLU au comité-conseil sur l’avenir du Parc olympique
30 novembre 2011

[PRÉSENTATION DE L’ORGANISATION]
La Fondation CLU a comme but d’encourager les jeunes designers à développer des concepts d’éclairage innovateurs pour les espaces extérieurs publics. Pour atteindre cet objectif et répondre à son but, la Fondation CLU a mis sur pied un concours international de création qu’elle organise chaque année depuis 2004, attribuant ainsi des bourses à de nombreux projets en fonction de leur mérite. La Fondation CLU vise l’excellence en valorisant l’intégration consciencieuse de la qualité plastique des produits, l’avancement technologique en éclairage extérieur, la réponse au contexte d’intervention, le respect de l’environnement et l’alliance de l’être humain à son environnement, grâce à la lumière.

[INTRODUCTION]
Montréal est, à ce jour, la seule ville canadienne présente en tant que membre de l’Association LUCI (Lighting Urban Community International). Aux côtés des plus grandes villes d’Europe et d’Asie, Montréal et les membres de LUCI sont convaincus « qu’un éclairage urbain de qualité, soigneusement conçu, peut avoir un impact positif sur le processus de développement et de renouvellement urbain »1. La charte LUCI de l’éclairage urbain « Pour un développement durable de l’éclairage » mentionne ceci :

« La lumière, temporaire ou permanente, est un puissant vecteur pour le marketing urbain et l’embellissement des villes. Elle peut participer à la création de paysages nocturnes caractéristiques et à la mise en valeur d’espaces urbains, de bâtiments ou de monuments significatifs. »

Plusieurs études stipulent et prouvent que l’identité d’une ville joue un rôle majeur dans le développement économique d’une ville. Et, nous savons que l’éclairage est l’une des traductions les plus visibles de cette identité auprès des citoyens et des touristes.

[LE PARC OLYMPIQUE DANS LA VILLE]
La lumière doit mettre en valeur la ville et ses monuments, notamment en terme d’ambiance, et intègre désormais tout le paysage urbain. L’aménagement des espaces nocturnes est devenu un élément de communication de la ville à part entière permettant de promouvoir son image, de signifier son dynamisme, de mettre en valeur le patrimoine et de requalifier les espaces publics.

Aujourd’hui, contribuer à l’amélioration des paysages nocturnes ne peut être pensé et projeté sans s’appuyer sur des principes de développement durable. Il s’agit désormais de créer un équilibre entre un certain esthétisme lumière permettant la mise en valeur des caractéristiques propres au lieu et la prise en considération de critères de confort visuel, d’économie d’énergie, de réduction de la pollution lumineuse et d’intégration architecturale des équipements d’éclairage.

Le Parc Olympique, par ses formes uniques, sa symbolique, son imposante volumétrie, est un repère majeur à l’échelle de la Ville de Montréal. A l’échelle métropolitaine, que ce soit depuis le Mont Royal, la rive-sud ou lors d’une arrivée en avion, la Tour inclinée, le Stade olympique, le Biodôme et le futur Planétarium sont des objets urbains que l’on remarque. Malgré ce fort potentiel, une fois sur place, le site est beaucoup moins attrayant et plutôt rébarbatif; l’éclairage y est pauvre, triste et n’est bien souvent que le résultat imprévu de l’éclairage intérieur des bâtiments.

[LUMIÈRE SUR LE PARC OLYMPIQUE]
Même si la tour du Stade olympique est un repère lumineux important pour la ville, cette grandeur lointaine engendre par le fait même le principal problème du site : l´échelle. Pour l´utilisateur, cet immense site est un lieu plutôt inconfortable, dû principalement au manque d’éclairage dans son ensemble. L’éclairage principal est fait par les projecteurs qui permettent d´illuminer l’imposante tour. L’éclairage secondaire produit un éclairage jaune qui accentue le sentiment d´insécurité et produit surtout un environnement hostile, dépourvu de couleurs.

De manière générale, la présence de lumière permet à l´usager de décoder les aménagements qu’il utilise. Dans le cas du Parc olympique, l´usager peut difficilement utiliser ce marqueur puisque la présence de lumière à l´échelle piétonne est à toute fin pratique absente. Par exemple, quelques entrées comme celle du centre sportif sont éclairées, mais les liens piétons pour s´y rendre sont seulement éclairés de manière indirecte par les projecteurs de la tour. Cet éclairage réfléchi, qui est insuffisant sur l´ensemble du site, apporte globalement un sentiment d´insécurité. L´usager comprend mal la hiérarchie des espaces et arrive mal à se faire un schéma global du site et de son fonctionnement. Malgré les lacunes actuelles, la nature du site offre une multitude d´opportunités d´intégration de stratégies d’éclairage qui pourraient contribuer à rétablir l´échelle humaine et ainsi augmenter le sentiment positif envers les installations. »

Pour lire la suite du mémoire de la Fondation CLU…

Pour visiter le site internet de la Fondation CLU…

Pour visiter la page Facebook de la Fondation CLU…

(Source: Patrick Morand, Fondation CLU)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>