Mémoire – Conseil du patrimoine (Ville de Montréal) – "Consultation sur l'avenir du Parc olympique 2011"

Extrait du mémoire:

« LE CONSEIL DU PATRIMOINE DE MONTRÉAL

Le Conseil du patrimoine de Montréal (CPM) est l’instance consultative de la Ville de Montréal en matière de patrimoine culturel et naturel. Il exerce des fonctions de protection, de reconnaissance, de connaissance et de promotion du patrimoine montréalais. Ses principales interventions en matière de protection sont ses avis au conseil municipal sur des modifications au Plan d’urbanisme et sur des projets touchant des territoires ou immeubles reconnus pour leur valeur patrimoniale en vertu de la Loi québécoise sur les biens culturels (LBC)¹. Il contribue à la reconnaissance du patrimoine en se prononçant sur tout projet de citation d’un monument historique ou de constitution d’un site du patrimoine et en tenant des consultations publiques à cet égard. Moins formellement inscrites dans le mandat du CPM, ses missions relatives à la connaissance et la promotion du patrimoine montréalais se manifestent principalement par la diffusion de ses avis et mémoires et d’informations diverses sur son site Internet.

Il est aussi utile de rappeler ici qu’en vertu de la Politique du Patrimoine de Montréal (2005), le patrimoine est défini comme « tout objet ou ensemble, naturel ou culturel, matériel ou immatériel, qu’une collectivité reconnaît pour ses valeurs de témoignage et de mémoire historique en faisant ressortir la nécessité de le protéger, de le conserver, de se l’approprier, de le mettre en valeur et de le transmettre ». Le patrimoine culturel est constitué d’un volet matériel (patrimoine bâti, art public, patrimoine archéologique, mobilier, paysager et archivistique) et d’un volet immatériel (créations, connaissances et savoir-faire, pratiques, arts et traditions populaires encore vivants se rattachant à la vie en société et instruments, objets et artéfacts qui leur sont associés). Quant au patrimoine naturel, il comprend les sites et ensembles naturels, les écoterritoires, les milieux riverains et aquatiques, les arbres de rue et certains parcs et espaces verts.

QUELQUES CONDITIONS POUR LA MISE EN VALEUR DU PARC OLYMPIQUE

Le CPM appuie la position adoptée par le comité-conseil sur l’avenir du Parc olympique à l’effet que « le Parc olympique est un des grands projets urbains qui ont marqué le paysage montréalais et la société québécoise », en introduction au document d’information accompagnant la consultation en cours. Tout comme le comité, il estime que nous avons la responsabilité collective de transmettre aux générations futures ce bien collectif, témoin historique majeur et icône du patrimoine, une responsabilité d’autant plus exigeante que ce site d’une ampleur exceptionnelle requerra des investissements tout aussi exceptionnels dans les prochaines années. Il souligne, pour apprécier l’ampleur de l’échelle dont il est question ici, que le Millenium Park de Chicago, présenté en annexe du document de consultation, occupe une superficie correspondant à seulement 20 % de celle du Parc olympique, ce dernier étant par ailleurs comparable au plus grand parc de Paris, le parc de la Villette².

Le CPM approuve donc sans réserve la décision de la Régie des installations olympiques « d’amorcer une réflexion ouverte et globale sur l’avenir de ses installations, sur leur utilisation optimale de même que sur le Parc olympique dans son ensemble³ ». Il apprécie la démarche qui a été retenue afin que cette réflexion fasse une large place à l’appréciation des citoyens montréalais et d’ailleurs. Il aurait néanmoins souhaité que la Ville de Montréal soit un partenaire à part entière de cette démarche compte tenu de la cohabitation d’équipements muséaux majeurs et en raison des importants enjeux urbanistiques reliés au Parc Olympique.

Les commentaires du CPM portent sur six aspects qu’il considère incontournables pour la réflexion sur l’avenir du Parc olympique : (1) une analyse de l’intérêt patrimonial du site et de ses composantes, (2) une problématique d’aménagement et d’urbanisme, (3) un projet en continuité avec l’histoire des lieux, (4) un cadre de référence pour l’aménagement et la gestion du site, (5) le stade, un enjeu à part entière et (6) une approche prudente dans les interventions à court terme. »

Pour lire la suite du mémoire du CPM…

Pour visiter le site internet du CPM…

(Source: Michèle Lavoie, Secrétaire de direction, Conseil du patrimoine de Montréal, Ville de Montréal)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *