La Biosphère

Photo :
Visuel du projet Metropoligne 40. (C) Consortium Vert l'Avenir.

Exposition permanente MTL+ | « 14 firmes d’architectes présentent leurs visions de Montréal en 2067 »

HOMMAGE AUX ARCHITECTES À LA BIOSPHÈRE

Projetons-nous dans 50 ans. Que seront devenues les grandes infrastructures d’aujourd’hui?  La Biosphère a fait appel à 14 firmes d’architectes pour présenter leurs visions du Montréal de 2067 dans sa toute nouvelle exposition permanente MTL+.

La Biosphère dévoilait sa programmation 2019-2020 le 3 juin 2019. Cet été, l’institution présente deux expositions temporaires; Océans et Eaux frontières ainsi que MTL+ une nouvelle exposition permanente. MTL+ présente la vision de firmes d’architectes primées qui se sont projetées en 2067 en réinventant de grandes infrastructures montréalaises. L’exposition positionne les architectes comme des porteurs d’idéaux sociaux.

Pourquoi détruire pour construire la ville de demain?

L’hypothèse sur laquelle repose MTL+ est qu’il faut s’inspirer du passé et du présent pour rêver l’infrastructure de l’avenir. Les infrastructures présentées sont toutes des réinterprétations – des requalifications – de celles qui existent aujourd’hui.

On le sait, l’impact social et environnemental est multiplié quand l’on rase les infrastructures existantes pour en construire de nouvelles. Or, l’innovation dans la conception, la planification, la construction et la gestion des projets d’infrastructures sera essentielle pour s’adapter aux changements climatiques. Une autoroute urbaine de moins d’un kilomètre représente 40,000 tonnes de sols contaminés, 50,000 tonnes de béton concassé et des milliers de tiges d’acier.

Notre manière d’habiter l’espace qui nous entoure, et donc, nos rapports à l’environnement, se trouve au cœur de la vision des architectes. Si l’architecture perturbe l’environnement par sa nature même, elle permet aussi de mieux cohabiter avec le milieu naturel. Le visiteur comprendra alors les grandes infrastructures urbaines comme étant intégrées aux milieux de vie existants et comme étant au service de la qualité de vie.

Entre utopies et réalités

Certains projets « MTL+ » sont utopistes, d’autres beaucoup plus réalistes, mais qui peut prévoir l’avenir? Soumis à aucune contrainte technique ou monétaire, les architectes requalifient certaines infrastructures de la région montréalaise avec une grande sensibilité face aux enjeux du vivre ensemble. Ils font rêver à une ville plus durable et plus vivable.

« Alors qu’il était autrefois courant de consulter les architectes sur leur vision de grandes utopies sociales, les générations actuelles en revanche n’ont jamais été sollicitées pour en faire autant. » C’est ce que déplore Philippe Lupien, architecte et professeur en design de l’environnement à l’Université du Québec à Montréal.

Philippe Lupien agissait comme co-commissaire de MTL+ avec Mathieu Régnier de la Biosphère. Il ajoute « qu’il existe un certain malaise entre une profession qui aimerait bénéficier du même optimisme qui a permis à leurs prédécesseurs d’accomplir de grands projets et une société qui réagit à ces initiatives avec méfiance ». L’exposition MTL+ tente de remédier à cette lacune en faisant le pari que pérennité environnementale et grandes utopies urbaines peuvent être conciliées.

C’est justement la cohabitation avec l’environnement naturel qui relie l’ensemble des activités de la Biosphère autour du génie humain – cette fois par l’architecture. Le célèbre « Design the Future » de Richard Buckminster Fuller – designer de la Biosphère – est une trame de fond importante dans la programmation. En vue d’inspirer les visiteurs, l’institution souligne sans relâche le dialogue nécessaire entre technologies vertes, sciences appliquées et humanités environnementales.

Une approche muséale interdisciplinaire

C’est dans une démarche d’innovation la plus flexible et interdisciplinaire possible que s’inscrivait l’appel à idées lancé par la Biosphère. Chaque équipe a dû s’adjoindre à des penseurs de divers domaines. Ceux-ci ont pu valider ces visions et collaborer à les rendre envisageables : biologistes, sociologues, philosophes, etc. C’est dans cette perspective que l’exposition a été conçue et qu’elle trouve son intérêt : elle laisse les créateurs d’aujourd’hui donner une forme à une vision d’avenir pour qu’elle puisse enfin exister.

Pour réaliser cette exposition, la Biosphère a obtenu le soutien d’une gamme de collaborateurs dont le Bureau du design de la Ville de Montréal, la revue ARQ Architecture Québec, la Communauté métropolitaine de Montréal ainsi que la Succession Benoit Bégin qui a fait don de la première table d’architecte de ce père de l’urbanisme au Québec.

Les firmes ont profité de l’expertise d’un comité d’étude de projets constitué de Georges Adamczyk (Université de Montréal), de Marc-André Carignan (Kollectif.net), de Claudine Déom (Héritage Montréal) et de David Paradis (Vivre en Ville).


Firmes d’architectes et équipes participantes

  • AFFLEK DE LA RIVA
  • ARCHITECTURE MICROCLIMAT ET ENCLUME
  • ATELIER BARDA
  • ATELIER BIG CITY
  • CATALYSE URBAINE
  • CIVILITI
  • COLLECTIF ESCARGO
  • CONSORTIUM VERT L’AVENIR
  • STUDIO JEAN VERVILLE
  • LUPIEN + MATTEAU
  • NÓS
  • PARA-SOL
  • PELLETIER DE FONTENAY
  • T B A

Pour consulter le communiqué de presse…

Pour plus d’information à propos des nouvelles expositions…


Pour visiter le site internet de la Biosphère | Musée de l’environnement…

lundi 3 juin 2019
E1_Architecture E2_Expositions E3_Conservation + Patrimoine E3_Développement durable E3_Humanitaire + Social E3_Transport Événements
Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *