Ordre des architectes du Québec

Source :
Ordre des architectes du Québec
 

Décès de l’architecte Henri P. Labelle

Annonce :

« C’est avec regret que l’Ordre a appris que l’architecte Henri P. Labelle est décédé du coronavirus le 25 avril dernier à l’Hôpital général juif de Montréal. M. Labelle était âgé de 91 ans.

Président de l’Association des architectes de la province de Québec (aujourd’hui l’OAQ) en 1966 et 1967 et impliqué dans de nombreux comités de l’Ordre, Henri P. Labelle avait reçu la Médaille du Mérite en 1986 en reconnaissance de son engagement envers la profession.

Une cérémonie de commémoration sera tenue ultérieurement.

L’équipe de l’Ordre offre ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Labelle, notamment à son fils André Labelle, également architecte. »

Pour lire la note biographique rédigée par André Labelle…


Pour visiter le site internet de l’Ordre des architectes du Québec…

Commentaires

Martin Fset

J’ai rencontré Henri P. Labelle en 1968 à peine sorti de l’école d’architecture de la rue Saint-Urbain. La firme fondée par son père Henri S. venait de recevoir une commande de l’Hôpital Sainte-Justine conçu 10 ans plutôt par cette même firme pour l’élaboration d’un plan directeur rendu nécessaire suite au départ des religieuses qui jusque-là avaient administré l’hôpital. Henri a contacté Jacques Derome qui avait été mon professeur pour lui demander s’il connaissait un jeune diplômé qui s’y connaissait un peu dans le domaine hospitalier. J’avais choisi comme sujet de ma thèse de fin d’études avec deux de mes confrères un centre ambulatoire pour enfants rattaché justement à l’Hôpital Sainte-Justine. Jacques Derome lui a donné mon nom et Henri m’a téléphoné à Ottawa où je travaillais à cette époque pour la Société centrale d’hypothèques et de logement. Je suis venu le rencontrer à Montréal et nous avons soupé ensemble chez son restaurant favori à l’époque Le petit Paris de la rue Saint-Catherine et dégusté une bonne bouteille de Mouton Cadet, son vin préféré. L’entente a été conclue et j’ai repris le train le soir même pour Ottawa. J’ai travaillé jusqu’au mois de novembre 1969 chez les Labelle et terminé le plan directeur de Sainte-Justine, entre autres projets. Je tiens à rendre cet hommage à Henri, un homme aimable, affable et dévoué doté d’un sens de l’humour un peu spécial qui m’a beaucoup appris au tout début de ma carrière et mon séjour chez Labelle, Labelle, Marchand et Geoffroy, le nom de la firme à l’époque, où j’ai rencontré une équipe d’une grande compétence a été une expérience inoubliable.
Je tiens à offrir tout spécialement mes condoléances à André, son fils, lui aussi architecte, que j’ai eu le plaisir de rencontrer alors qu’il était encore tout jeune et que j’ai gardé avec ses sœurs à quelques reprises.

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *