ANNONCE – UQAM – "L'UQAM décerne un doctorat "honoris causa" à l'architecte et urbaniste Jean-Claude Marsan"

Extrait du communiqué de presse:

« Montréal, le 18 avril 2012 – Hier, l’UQAM a rendu hommage à M. Jean-Claude Marsan, architecte, urbaniste et professeur émérite de l’Université de Montréal, en lui attribuant le titre de docteur honoris causa, par décision de son Conseil d’administration et sur recommandation conjointe de sa Faculté des arts et de son École des sciences de la gestion. La cérémonie s’est déroulée dans le cadre du colloque international [S’]Approprier la ville. Le devenir-ensemble, du patrimoine urbain aux paysages culturels. Par ce geste, l’Université veut souligner la contribution exceptionnelle de M. Marsan aux études et à la gestion urbaines ainsi qu’à la mise en valeur et la préservation des richesses architecturales du patrimoine québécois.

Jean-Claude Marsan
Après avoir fait ses études d’architecture à l’Université de Montréal, qu’il a complétées par une maîtrise et un doctorat en urbanisme à l’Université d’Édimbourg, c’est en Écosse qu’il apprend à décoder les formes urbaines propres à chaque ville. À son retour à Montréal, il publie sa thèse de doctorat, Montréal en évolution. Historique du développement de l’architecture et de l’environnement urbain montréalais, qui devient aussitôt un livre de référence qui sera réédité deux fois, en plus de bénéficier d’une traduction anglaise qui a connu un égal succès. Pour son auteur, ce fut le début d’une longue et fructueuse carrière comme professeur à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Il a tour à tour été directeur de l’École d’architecture, de 1975 à 1979, doyen de la Faculté de l’aménagement, de 1985 à 1993, et instigateur et responsable, de 1995 à 2007, du programme de maîtrise en aménagement portant sur la conservation de l’environnement bâti, unique en son genre au Canada. Dès sa retraite, en 2008, il a été nommé professeur émérite.

La définition d’un bon projet urbain, qu’il a énoncée sur toutes les tribunes et qui a été reprise par nombre d’architectes, est que, fondamentalement, il doit « surgir de l’esprit et de la culture du lieu ». L’idéal de l’œuvre architecturale devrait, pour sa part, susciter l’émotion par ses qualités esthétiques et proposer une vision nouvelle dans la continuité des formes anciennes. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

(Source: Maude N. Béland, Conseillère en relation de presse, Division des relations avec la presse et événements spéciaux, UQAM – Service des communications)

(Crédit photo: Denis Bernier)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *