Vivre en Ville

Source :
Vivre en Ville
 

« Il faut qu’on parle du télétravail » par Christian Savard, directeur général

Extrait de la chronique de Christian Savard, directeur-général de Vivre en Ville :

« En tant que DG, en tant que jeune père, et en tant que passionné de la ville et de la façon dont les humains y vivent, le télétravail est évidemment un sujet qui m’interpelle. Depuis que la COVID nous a transformés en cobayes de cette nouvelle organisation de vie, je m’informe et me questionne beaucoup. Je vous lis, je vous entends et j’aurais mille choses à dire.

Je vous lis, quand vous annoncez que le télétravail est la nouvelle norme et sera la solution à tous les problèmes – congestion, émissions de gaz à effet de serre, pollution, conciliation travail-famille, coûts immobiliers, etc.

Je voudrais nous rappeler que le télétravail concerne, somme toute, une assez faible proportion des gens. Moi aussi, je vis dans une bulle où tout le monde télétravaille depuis des mois. Mais dans les faits, la moitié du Québec a continué de se rendre à son travail, et le confinement a privé une personne sur cinq de son emploi. Nous sommes donc peut-être 30% à pouvoir, si les circonstances l’exigent, faire notre travail à distance.

Je vous entends, pour certains, répéter que vous n’avez jamais été aussi heureux que depuis que vous restez à la maison.

C’est possible, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. La plupart des gens voudraient continuer de télétravailler, mais pas tout le temps, peut-être 2 ou 3 jours par semaine. Hop, on vient de faire baisser le potentiel du télétravail à 15%. Et comme plus de la moitié des déplacements ne concernent pas le travail, au final, adopter massivement le télétravail ne réduirait les déplacements que d’environ 5%. On est quand même loin d’une révolution.

Cela dit, cette chronique ne vise pas à détourner du télétravail celles et ceux qui s’y plaisent. Je ne veux pas parler de choix individuels, mais de choix collectifs. Avant de mettre tous nos espoirs dans le télétravail, je crois que nous devons, collectivement, bien en cerner les enjeux pour concevoir des politiques publiques efficaces. »

Pour continuer de lire la chronique…


Pour visiter le site internet de Vivre en Ville…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *