Centre d’écologie urbaine de Montréal

Source :
Centre d’écologie urbaine de Montréal
Photo :
Source : Centre d’écologie urbaine de Montréal
 

Lettre ouverte de Véronique Fournier : Récolter des données pour cultiver la ville de demain

Annonce :

« La directrice générale du CEUM signe une lettre ouverte qui invite les municipalités à évaluer et documenter le laboratoire urbain actuel. En effet, nous disposons encore de peu de données sur les déplacements faits à pied et à vélo ou la manière dont l’espace public est réellement utilisé par la population. De plus, le contexte actuel nous offre une occasion de créer de nouvelles habitudes. Osons donc transformer, pour quelques mois, nos espaces publics en faveur des déplacements actifs et observons de près l’impact de ces choix sur le dynamisme économique, la qualité de vie et le bien-être des citoyens. »


Extrait de la lettre ouverte publiée dans La Presse : 

« Ce texte écrit par les mairesses Valérie Plante et Anne Hidalgo rappelle l’importance de sortir du « paradigme qui a guidé le développement de nos villes jusqu’à tout récemment, axé sur les routes et les automobiles », et d’agir collectivement pour bâtir « des villes plus dynamiques, plus durables, plus inclusives et plus solidaires. Autrement dit, des villes tournées vers l’avenir ».

Un an plus tard, la question se pose avec une acuité renouvelée : que veut-on pour la ville de demain ? Le déconfinement progressif et l’arrivée de la belle saison amènent une pression supplémentaire sur l’espace public, renforçant la nécessité de repartager les rues pour accommoder au mieux cette nouvelle réalité. La Ville de Montréal a réagi rapidement en proposant un plan de déplacements estival dans le but de favoriser les déplacements actifs et le respect des règles de distanciation.

Ce passage à l’action ambitieux séduit autant qu’il rebute, réveillant les inquiétudes classiques vis-à-vis de la diminution du stationnement et de l’accessibilité automobile aux commerces. Mais les discours relayés dans l’espace médiatique traduisent des perceptions, pas des faits : pour en récuser le fondement ou les valider, iI est essentiel d’aller récolter des données probantes sur les usages, la mobilité et l’économie locale. »

Pour lire la suite de la lettre ouverte…


Pour visiter internet du Centre d’écologie urbaine de Montréal…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *