Avenir du parc Jean-Drapeau

Source :
Jérôme Cliche
Photo :
Source : Villa, Luis F. et Frank Macioge. Mobilier d’extérieur pour Expo 67. Poubelle, banc et lampadaires. 1963. Montréal, Québec. Béton, bois, acier, fibre de verre et dispositif électrique. Compagnie canadienne de l’Exposition universelle de 1967. (Photos tirées de FULFORD, Robert. Portrait de l’Expo. Montréal, Éditions Maclean-Hunter Limitée, 1968. p.84-85.) | Source: Jérôme Cliche
 

Mémoire « Réimplantation du mobilier urbain d’Expo 67 » par Jérôme Cliche

Mémoire déposé dans le cadre de la consultation publique organisée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) quant à l’avenir du parc Jean-Drapeau.

Extrait :

« L’héritage patrimonial d’Expo 67

Signe éloquent de l’importance patrimoniale, notamment pour les vestiges d’Expo 67, trois secteurs d’origine (mis à part le secteur de La Ronde) font actuellement l’objet d’une désignation à titre de sites patrimoniaux par le Conseil du patrimoine de Montréal (1) : la Cité du Havre (secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle) ; l’Île Sainte-Hélène (site patrimonial) et l’Île Notre-Dame (secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle).

Habitat 67, témoin exemplaire d’Expo 67 et maintenant reconnu comme icône mondiale du modernisme architectural, fut parmi les premiers bâtiments du courant moderne québécois à acquérir un classement patrimonial.

Parmi les autres éléments bâtis ayant faits le succès d’Expo 67, certains pavillons et infrastructures ont survécu (notamment, le pavillon des États-Unis dit la Biosphère, le Pavillon de la France logeant maintenant le Casino de Montréal et le Pavillon de la Jamaïque). Parmi les autres témoins marquant du site de l’Expo, se trouve aussi le mobilier urbain ; il est cependant pratiquement disparu, démoli ou dans un lamentable état d’abandon et de détérioration.

La présente proposition de réimplantation du mobilier urbain d’Expo 67 sur son site d’origine prend appui sur différentes dimensions qui seront traitées dans les pages suivantes, dont le contexte patrimonial, la reconnaissance historique et artistique de l’œuvre, la valeur d’usage dans un contexte de réaménagement ainsi que la cohérence de la proposition avec le statut de Montréal comme ville UNESCO de design.

L’actuelle réflexion sur le réaménagement du Parc Jean-Drapeau est l’occasion privilégiée de matérialiser la mémoire historique et encore très vivante de l’Expo 67 : la riche programmation d’activités autour d’Expo 67 à l’occasion du 50e anniversaire en était la démonstration. Réimplanter le mobilier de l’Expo sur son site d’origine donc aussi une opportunité de constituer un legs permanent en mémoire de l’événement et de ses nombreux artisans.

Enfin, à l’origine de cette proposition, une demande de classement patrimonial du mobilier urbain d’Expo 67 (2) est actuellement à l’étude au ministère de la Culture et des Communications. »

(1) : Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal, Ville de Montréal, 2017. à Annexe 1
(2) : Proposition de classement patrimonial, Mobilier extérieur d’Expo 67, Jérôme Cliche, 2017. à Annexe 2″

Pour lire la suite du mémoire…

Pour visiter la page Facebook « Mobilier d’extérieur d’Expo 67 » de Jérôme Cliche…


Pour plus d’information à propos de la consultation publique de l’OCPM sur l’avenir du parc Jean-Drapeau…

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *