Atelier d’histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve

Source :
Francine Saint-Laurent | Agente aux communications | Atelier d’histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve
Photo :
Photo de l'exposition "Le pont-tunnel Hippolyte-La Fontaine - 50 ans d’histoire entre deux rives" | Photo courtoisie de l'Atelier d’histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Exposition « Le pont-tunnel Hippolyte-La Fontaine – 50 ans d’histoire entre deux rives »

Extrait du communiqué de presse :

« MONTRÉAL, LE 27 NOVEMBRE 2017 – L’Atelier d’histoire Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (AHMHM) avec la participation de la Société d’histoire des Îles-Percées, sont fiers de vous faire découvrir l’exposition Le pont-tunnel Hippolyte-La Fontaine, 50 ans d’histoire entre deux rives. Cette exposition – qui a débuté le 16 novembre dernier – se déroule du jeudi au dimanche de 13 h à 17 h jusqu’au 21 janvier 2018 à la Maison de la culture Maisonneuve.

L’exposition en tant que telle

L’exposition évoque au moyen d’images, de textes succincts, d’extraits vidéo et d’entrevue toutes les circonstances qui ont amené à la réalisation de ce grand projet qu’est le pont-tunnel – une grande oeuvre de l’ingénierie québécoise.

L’exposition Le pont-tunnel Hippolyte-La Fontaine, 50 ans d’histoire entre deux rives rappelle également les liens tissés entre la communauté du village de la Longue-Pointe (village de la rive nord à présent disparu) et celle de Boucherville; des liens aidés par la présence d’un avantage topographique commun, les îles de Boucherville, qui rend la navigation plus facile d’une rive à l’autre. Ces liens entre Longue-Pointe et Boucherville donnent lieu à des échanges, des mariages et des mouvements familiaux. Qui aurait cru qu’un jour un projet de grande envergure viendrait remplacer les ponts de glace qui permettaient autrefois aux deux communautés d’établir des relations si étroites ?

Cependant, comme toutes les réalisations de grands projets, celui du pont-tunnel Hippolyte-La Fontaine a entraîné des impacts positifs, bien sûr, mais également de lourdes conséquences. S’il est vrai que cette grande construction a permis aux municipalités de la Montérégie d’accélérer leur croissance par l’intensification de projets domiciliaires déjà entamés dans les années d’après-guerre et d’attirer des industries de pointe aux pourtours, pour le village de la Longue Pointe le sort en a décidé autrement. En effet, les travaux du pont-tunnel ont nécessité l’expropriation de 150 maisons et d’environ 300 familles, a entraîné la démolition de l’église de Saint-François-d’Assise et la disparition de l’un des plus vieux villages de l’île de Montréal. Le village de la Longue Pointe aura vécu 240 ans (1724 – 1964).

Malgré les drames engendrés par la construction du pont-tunnel Hippolyte-La Fontaine, cette grande oeuvre – inaugurée le 11 mars 1967 par le premier ministre Daniel Johnson – demeure un symbole de la Révolution tranquille, un monument à l’audace, au génie créateur et à l’exceptionnelle compétence de ceux qui l’ont construit. »

Pour consulter le communiqué de presse original…


Pour visiter le site internet de l’Atelier d’histoire Mercier-Hochelaga-Maisonneuve…

de : à : ical Google outlook
E1_Architecture E1_Architecture de paysage E1_Design urbain E1_Urbanisme E2_Expositions E3_Citoyen E3_Conservation + Patrimoine E3_Histoire E3_Humanitaire + Social Événements
Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *