Architectes de l'urgence (Canada) – Formation québécoise sur l’architecture humanitaire et conférences

« Montréal, le 27 février 2009 – Les présidents et cofondateurs Français et Canadien des Architectes de l’urgence, messieurs Patrick Coulombel [Amiens, France] et Bernard McNamara [Québec, Canada], seront réunis du 9 au 12 mars prochain pour s’adresser aux professionnels et aux étudiants d’ici à l’occasion de la première journée de formation au Québec sur l’architecture humanitaire [dessiner une logistique d’intervention]. Cette journée de formation, qui se tiendra le 11 mars à l’Hôtel Gouverneur Place Dupuis à Montréal, comprend une rencontre très attendue avec le biologiste, océanographe et cinéaste Jean Lemire [Mission Antarctique] qui partagera sa réflexion sur les changements climatiques et leur impact. Il est possible de s’inscrire à ce dîner-conférence [coût du billet : 100 $ plus taxes], de devenir membre ou de faire un don aux Architectes de l’urgence en allant sur le site www.architectes-urgence.ca.

Architectes de l’urgence est, à l’origine, une association indépendante d’architectes créée en France en 2001 pour apporter une assistance aux victimes des inondations de la Somme et de l’Oise. Aujourd’hui, il s’agit d’un organisme reconnu d’utilité publique qui intervient dans le monde entier pour la gestion de catastrophes naturelles, technologiques et humaines. Les filiales française et canadienne sont associées à Emergency Architects en Australie. Depuis sa création et suite aux événements au Tchad ou en Asie du Sud, la fondation a toujours été présente auprès des sinistrés dans le but d’un retour rapide à des conditions de vie acceptables. Elle est reconnue internationalement pour sa rapidité d’exécution et sa maîtrise des situations d’extrême urgence. Désormais, plus de 1 200 architectes et ingénieurs, de dix-neuf nationalités différentes, ont poursuivi leur mission dans une vingtaine de pays sinistrés : Indonésie, Pakistan, Pérou, Algérie, Iran, Maroc, Afghanistan, îles Salomon, Sri Lanka, Thaïlande, Turquie, Pérou et Darfour.

Sur place, la fondation s’illustre par une évaluation des dégâts, une mise en sécurité de la population sinistrée, la conception de camps de réfugiés, la reconstruction de logements, d’infrastructures économiques, scolaires ou de santé pour les populations sinistrées, ou encore la formation des acteurs locaux. Aussi, Architectes de l’urgence met à profit l’expertise unique des architectes pour évaluer, planifier et mettre en oeuvre des projets de reconstruction.

En partenariat avec l’Ordre des architectes du Québec et la Société d’habitation du Québec, les Architectes de l’urgence se sont implantés au Québec à l’automne 2007 afin de contribuer aux actions du regroupement international, en sol canadien. En plus de travailler à la structure de l’organisation et à la recherche de partenaires, son président, Bernard McNamara, souhaitait que des activités humanitaires soient entreprises rapidement. La première mission qu’il pilote, initiée en partie par l’Association des stagiaires en architecture, vise à venir en aide à la population algonquine de Kitcisakik en Abitibi en améliorant ses conditions de vie et l’environnement bâti. Deux nouvelles missions, l’une en Afrique de l’Ouest, l’autre en Haïti, viennent d’être lancées. C’est d’ailleurs pour son implication exemplaire que M. McNamara figure cette année au rang des candidats en nomination pour le Prix Action de l’Ordre des architectes du Québec. »

Pour lire la suite du communiqué de presse officiel…

Vous êtes également convié au 5@8 organisé par les Architectes de l’urgence au Pub St-Élizabeth le 11 mars prochain où vous aurez l’occasion de rencontrer Patrick Coulombel.

Pour plus d’information sur le cocktail des Architectes de l’urgence…

Pour plus d’information sur les Architectes de l’urgence (Canada)…

À noter que Monsieur Coulombel donnera également une rencontre-conférence à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal (local 1120) le lundi 9 mars de 12h à 13h30.

(Source: Sylvie Champeau, SCGPR communications et Agnès Angers, École d’architecture de l’Université de Montréal)

Veuillez noter que les commentaires sont sujets à modération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *